La vie privée et le marketing

--

Date: 3 avril 2015
Auteur: Daniel Nadeau

Avons-nous encore une vie privée? : La question se pose de plus en plus avec l’invasion de nos vies par plein de « cookies ». Cela fait la joie des professionnels du marketing. Pour vous en convaincre, je publie un extrait du livre de Jacques Nantel.

[singlepic id=241 w=220 h=140 float=left]

Dans un livre paru en 2011, Jacques Nantel publie avec l’aide d’Ariane Krol de La Presse un petit livre iconoclaste sur le marketing intitulé « On veut votre bien et on l’aura. La dangereuse efficacité du marketing ».

Dans son premier chapitre, il publie une blague que lui a acheminée l’une de ses étudiantes concernant la vie privée et le marketing. Cela mérite d’être popularisé. La voici donc :

T= Téléphoniste de Pizza Hut.

C= Client qui commande une pizza au téléphone.

T. « Pizza Hut bonjour! »

C. « Bonjour, je voudrais passer une commande. »

T. « Certainement. Puis-je avoir votre NIN, monsieur? »

C. « Mon numéro d’identification nationale? Ah oui, un instant. Voilà c’est le 6102049998-45-54610. »

T. « Merci M. Leclerc. Votre adresse est le 1742, rue Bellerive, et votre numéro de téléphone au domicile le 494-2366. Vous êtes vendeur chez Assurances Lincoln, votre numéro de téléphone au bureau est le 745-2302 et votre numéro de téléphone cellulaire est le 266-2566. Et vous appelez de votre domicile. »

C. « Euh oui… je suis à la maison. D’où sortez-vous toutes ces informations? »

T. « Nous sommes branchés directement sur le système central, monsieur. »

C. (Soupir) « Ah bon! Je voudrais deux de vos pizzas spéciales à la viande. »

T. « Je ne pense pas que cela soit une bonne idée, monsieur. »

C. « Comment ça? »

T. « Selon votre dossier médical, vous souffrez d’hypertension chronique, et votre niveau de cholestérol est anormalement élevé. Votre assurance-maladie vous interdit de manger quelque chose d’aussi mauvais pour votre santé. »

C. « Aie! Qu’est-ce que vous me proposez alors? »

T. « Vous pouvez essayer notre pizza allégée au yaourt de soja et à la luzerne. Je suis sûre que vous l’adorerez. »

C. « Qu’est-ce qui vous fait dire ça? »

T. « Vous avez consulté les Recettes gourmandes au soja à trois reprises le mois dernier sur Internet, monsieur. »

C. « Bon, d’accord. Donnez-m’en deux, de format familial. »

T. « Ça devrait être parfait pour vous, votre femme et vos quatre enfants. Ça fera 49,99 $. »

C. « Je vous donne mon numéro de carte de crédit… »

T. « Je suis désolée, M. Leclerc, mais je crains que vous ne soyez obligé de payer en liquide. Le solde de votre carte de crédit excède votre limite. »

C. « J’irai chercher du liquide au guichet avant que votre livreur n’arrive. »

T. « Ça ne fonctionnera pas non plus, monsieur. Votre compte bancaire est à découvert et aucun retrait ne vous est permis. »

C. « Ça ne vous regarde pas! Contentez-vous de m’envoyer les pizzas, j’aurai l’argent en main. Ça prendra combien de temps? »

T. « Nous avons un peu de retard, monsieur. Elles seront chez vous dans 45 minutes environ. Si vous êtes pressés, vous pouvez venir les chercher, mais transporter des pizzas en moto est pour le moins acrobatique. »

C. « Comment diable pouvez-vous savoir que j’ai une moto? »

T. « Je vois ici que vous n’avez pas honoré les échéances de votre contrat de location automobile et que votre voiture a été saisie. Mais votre Harley-Davidson, par contre, est complètement payée. J’ai donc présumé que vous l’utiliseriez. »

[singlepic id=243 w=320 h=240 float=right]

C. « Ta@#%… de Cal/$@…de Cibo&?#! »

T. « Je vous conseille de rester poli, monsieur. Vous avez déjà été condamné pour ce genre de choses : vous avez insulté un policier en juillet 2006. »

C. (Sans voix) …

T. « Autre chose, monsieur Leclerc? »

C. « Non rien… Ah oui, n’oubliez pas les deux litres de Cola gratuits annoncés dans votre pub. »

T. « Je suis désolée, M. Leclerc, mais une clause d’exclusion de notre publicité nous interdit de proposer des sodas gratuits à des diabétiques. »

Cette longue citation du livre de monsieur Nantel permet d’introduire l’idée toute simple que le marketing a été totalement transformé par l’arrivée du Web et par l’existence de banques de données de plus en plus précises et disponibles à qui sait les décoder pour en faire de puissants outils de vente. À quoi bon dépenser de l’argent pour proposer à plein de gens avec de la publicité de masse des produits et des biens qu’ils ne veulent pas plutôt que de les offrir à celles et ceux qui en ont besoin. Passer du marketing du 20e siècle à celui du 21e siècle, c’est un peu ce que vous propose la nouvelle force en communication marketing constituée du Cabinet de relations publiques et de communication Nadeau Bellavance et de Précimarketing. Appelez-nous pour une consultation gratuite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *