Responsabilité sociale de l’entreprise et communication bidirectionnelle symétrique

--

Date: 19 juillet 2015
Auteur: Daniel Nadeau

Les entreprises doivent-elles être responsables socialement?

Au Québec, les entreprises privées n’ont pas toujours bonne presse. Malgré de nombreux efforts au cours de la dernière décennie, les entreprises sont souvent aux bancs des accusés dans les médias. Il y a un peu de nos racines judéo-chrétiennes là-dedans, mais il y a surtout un manque de vision des entreprises. La question qui doit interpeller chaque entreprise se résume à la suivante : pourquoi devrions-nous être une entreprise responsable et qu’est-ce que cela peut bien nous donner?

Avant de statuer sur cette question, il s’avère utile de définir ce que sont les responsabilités des entreprises. Comme le démontre le schéma joint au présent billet, les entreprises ont comme toute première responsabilité de générer de la richesse et d’offrir à leurs propriétaires de bon rendement sur le capital investi. Elles doivent aussi fournir de l’emploi et produire des biens ou des services qui répondent aux besoins des consommateurs. C’est la performance économique pure.

Une deuxième grande responsabilité des entreprises concerne leur bilan social et environnemental. Les entreprises, et c’est plus vrai aujourd’hui que cela l’était hier, doivent minimiser leur impact sur l’environnement et donner des conditions de travail équitables et justes pour leurs employés. Elles ont aussi la responsabilité de fournir un cadre de travail et de production sécuritaire. C’est la responsabilité publique.

Pour certains, les entreprises doivent aussi s’investir dans leur société afin de l’aider à solutionner des problèmes sociaux comme la pauvreté, le chômage, l’éducation, les arts, la culture et le sport. C’est la responsabilité sociale.

Les entreprises privées ont donc des responsabilités économiques, publiques et sociales. Ce ne sont pas toutes les entreprises qui jouent ce rôle. D’ailleurs, dans les entreprises, on est loin d’une opinion unanime sur ces questions.

[singlepic id=227 w=820 h=640 float=] Cliquez sur l’image pour l’agrandir / source: Grunig et Hunt, Managing Public Relations, USA, Holt, rinehart dans Winston, 1984, p. 54

Néanmoins, toute entreprise gagnerait à bien communiquer à ses différents publics cibles sa vision de son rôle. Que l’on soit pour des responsabilités élargies ou pour des responsabilités strictement économiques, chaque entreprise a le devoir de dire les buts qu’elle vise et comment elle entend les respecter. C’est en quelque sorte l’occasion qu’a une entreprise de signer un pacte avec la population qui l’accueille.

L’histoire des dernières années démontre que les entreprises qui comprennent leur rôle comme un rôle de responsabilité élargie incluant les fonctions économiques, publiques et sociales sont celles qui ont le plus gros capital symbolique. Pensons à ces corporations comme Bombardier, Jean Coutu. Par contre, celles qui se gouvernent comme si le monde leur appartenait n’ont pas aussi bonne presse. Pensons aux pétrolières ou aux entreprises liées au gaz de schiste.

Il est donc important pour toute entreprise de se donner une politique claire quant à la façon dont elle veut s’acquitter de ses responsabilités et qu’elle le communique à ses différents publics. La pratique d’une politique de communication bidirectionnelle symétrique est une garantie pour l’évolution d’une entreprise vers une politique où elle s’acquittera pleinement de toutes ses fonctions pour le plus grand bien de ses actionnaires, de ses clients et de l’ensemble de la société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *