Le bon voisinage

--

Date: 25 août 2015
Auteur: Daniel Nadeau

C’est la rentrée scolaire. La ville de Sherbrooke c’est un fait largement connu, compte sur une importante population universitaire. Malgré l’entente entre l’Université de Sherbrooke et la Société de transport de Sherbrooke qui fait en sorte que chaque étudiante et chaque étudiant puissent faire usage du service de transport en commun, la population étudiante se loge de façon importante dans le quartier ouest aux abords de l’université.etudiant

Ce voisinage d’une population jeune avec une population typique de Sherbrooke n’est pas toujours aisé pour la population de notre ville, surtout au moment de la rentrée scolaire où les fêtes et les beuveries collectives se multiplient.

S’il est vrai que l’on ne doit pas nécessairement associer excès, manque de civisme et alcool aux étudiants, il faut tout de même reconnaître que la rentrée universitaire a toujours donné lieu à des fêtes mémorables, dont celles que j’ai vécues lors de mes jeunes années universitaires.

Ces dernières années, le problème de coexistence entre population étudiante et population locale s’est manifesté avec plus d’acuité. Tant et aussi bien que l’on a créé un comité réunissant les principaux intervenants et que l’on a concocté un plan de communication dont l’axe de communication est le bon voisinage.

Vous comprendrez que je ne peux qu’être en accord avec la concertation des parties prenantes et de la mise en place d’un dialogue pour trouver un apaisement à la situation actuelle. Cette approche constitue l’ADN de cette entreprise. Néanmoins, dans le quotidien La Tribune de ce matin, où l’on rapporte l’existence de la mise en œuvre d’un plan de communication, il aurait été intéressant que l’on rappelle avec plus d’insistance l’apport positif de cette population étudiante pour notre ville. Les étudiants sont une affaire en or pour bien des commerçants et des propriétaires de logements locatifs de notre ville. Il aurait été intéressant que l’on rappelle ces faits plutôt que d’insister sur les amendes possibles et sur la menace que représente pour les honnêtes citoyens la turbulence de ces jeunes femmes et de ces jeunes hommes. La population étudiante est l’un des plus grands trésors de Sherbrooke. Que l’on se le dise!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *