Surabondance des contenus : trop, c’est comme pas assez!

--

Date: 14 octobre 2015
Auteur: Daniel Nadeau

Nouvelles technologies de l’information, innovation et conformisme

  • Communiquer et rédiger un blogue…

Il ne se passe plus un jour sans que l’on vous répète que l’avenir est sur le Web. Pour vos communications, vous devez passer en mode 2.0 et il est impératif que vous ayez un blogue dans lequel non seulement vous ferez valoir votre expertise particulière (ce qui vous distingue des autres), mais aussi et surtout dans lequel vous n’hésiterez pas à vous dévoiler et à personnaliser vos communications. L’authenticité étant un bien rare en cette ère de surproduction de l’information.

  • Trouver la bonne information dans un temps raisonnable

Or voilà, notre époque est de plus en plus caractérisée par la surabondance des contenus. Il y a beaucoup d’information disponible et le défi c’est d’être capable de trouver l’information recherchée dans un temps raisonnable. Il faut aussi s’assurer de la fiabilité de l’information trouvée.surabondance des contenus

  • Les technologies de l’information et l’offre de contenu plus importantes que la demande

Nous vivons dans un marché illimité de contenu. L’offre de contenu et les technologies disponibles pour les consulter croissent plus que la demande et encore plus que notre capacité à les consommer. Devant à cette situation, que faisons-nous en tant que consommateurs? Nous essayons de limiter les points d’accès de notre exposition à l’information. Nous nous construisons en quelque sorte un mur pour nous protéger de la surabondance des contenus. Nous adoptons une attitude qui s’articule comme suit : « je n’ai pas le temps de lire tous les contenus que l’on m’offre, je vais donc attendre que les contenus importants se rendent à moi. »

  • Les moteurs de recherche et les réseaux sociaux

Si les moteurs de recherche sont encore très utiles, il n’en demeure pas moins que la surabondance des contenus offerts en limite l’utilisation au profit des réseaux sociaux. Les gens se fient de plus en plus aux contenus qui circulent dans leurs réseaux plutôt que de partir en exploration pour trouver de nouvelles idées. Le danger de cette attitude c’est qu’elle vient limiter la capacité d’innovation des entreprises et des individus au profit d’une sorte de « sociabilité du succès éprouvé ».

  • L’innovation, la clé du succès…

Cela pose un défi particulier à des gens qui comme nous, au Cabinet de relations publiques et de communication Nadeau Bellavance, doivent proposer aux clients des stratégies de communication innovatrices et qui sortent des sentiers battus. Il nous faut nous garder du conformisme ambiant tout en utilisant au maximum la potentialité des nouvelles technologies de l’information.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *