La société en réseaux

--

Date: 16 décembre 2015
Auteur: Daniel Nadeau

C’est au sociologue d’origine espagnole anti-franquiste et, aujourd’hui Américain d’adoption, Manuel Castells, que nous devons cette expression. Dans une trilogie monumentale, Manuel Castells définit les contours de la société en réseaux. Cette nouvelle société, qui est aujourd’hui de plus en plus la nôtre, est à la fois le produit des technologies de l’information et de l’expression de nouvelles formes d’expressions culturelles.societe en reseau

Il fut l’un des premiers sociologues à prédire les bouleversements que nous vivons aujourd’hui dans le sillon de la diffusion d’Internet et des nouvelles technologies de l’information. Dans son œuvre sur la société en réseaux, Castells refusant tout déterminisme technologique démontre que :

  • Les technologies de base microélectroniques (ce sera aussi le cas selon lui des technologies génétiques) sont la condition nécessaire, quoique pas unique, pour jeter les fondements d’une nouvelle société à l’échelle planétaire;
  • Les technologies de l’information ont un effet propre, autonome, qui ne dépend pas uniquement des rapports qu’entretiennent les gens entre eux;
  • Ces nouvelles technologies de l’information qui révolutionnent notre monde sont le produit de l’interaction entre la dynamique scientifique, les applications militaires et commerciales et une culture d’innovation;
  • Bien que mondiale, cette dynamique a un creuset et c’est les États-Unis d’Amérique particulièrement dans la Silicon Valley en Californie.

Pour cet éminent sociologue, les principales fractures que cause cette révolution numérique et qui engendre l’ère des réseaux se comparent à un fossé qui se creuse dans les villes entre l’espace des flux urbains et l’espace des lieux. Les villes obéissent à un double mouvement d’organisation spatiale. L’espace des flux constitué par des réseaux connectant des lieux et une unité transterritoriale, et l’espace des lieux qui permet l’enracinement des gens dans une expérience vécue. Il en va de même pour ce sociologue avec la société en réseaux. On y retrouve d’un côté des réseaux instrumentaux extraordinairement dynamiques et flexibles, qui articulent les activités dominantes de toutes les sociétés riches : marchés financiers mondiaux, production globalisée de biens et de services, médias à la fois locaux et globalisés sur des audiences spécifiques et des institutions politiques constituées en réseaux transnationaux. En même temps, il y a une forme d’émancipation de la part des usagers des réseaux. Cette émancipation est vécue dans des mouvements alternatifs qui se donnent un sens en dehors de la logique dominante des grands réseaux.

C’est pourquoi dans l’esprit de Manuel Castells le lieu central du conflit social n’est plus aujourd’hui entre le capital et le travail comme au 19e et au 20e siècles, mais plutôt entre ceux qui produisent le sens et ceux qui en sont les interprètes. La société en réseaux est une formidable organisation de contrôle de l’information par la manipulation de données et l’utilisation de l’information de la connaissance. Le contrôle le plus puissant concerne l’attribution de sens à partir de la production de codes culturels dominants. D’où, par exemple, l’engouement pour le storytelling dont j’ai déjà évoqué l’existence dans l’un des billets de ce blogue. Aujourd’hui, la production de sens est la tâche essentielle de celles et ceux qui veulent dominer le jeu. Castells donne un exemple, celui du respect des droits de la personne.

« Si dans la tête des gens, préserver la nature, respecter les droits de la personne deviennent des valeurs essentielles, non négociables, des processus de programmation des réseaux en ce sens se mettront en marche, en passant par les institutions politiques et la thématique des médias. Donc, plus que jamais, c’est la bataille des idées qui compte. Par exemple, la lutte essentielle contre l’exploitation de la nouvelle classe ouvrière dans le tiers-monde ne passe pas par les luttes des travailleurs eux-mêmes, mais par les boycottages des consommateurs et les normes écologiques et sociales imposées dans les marchés riches, par des campagnes médiatiques. »

(Source : http://www.scienceshumaines.com/l-ere-des-reseaux-entretien-avec-manuel-castells_fr_12093.html)

Cette nouvelle société est pour Castells une société d’identités-projets qui se développera à partir de valeurs et non pas seulement sur la base du déploiement des ressources techniques et économiques de la logique de l’individu et du marché qui domine présentement le monde dans lequel nous évoluons.

Cette révolution de l’ère des réseaux bien conceptualisée par le sociologue Manuel Castells est aujourd’hui arrivée. C’est pourquoi la production de sens et notre compréhension du monde qu’est la galaxie Internet sont fondamentales à notre vie en démocratie et à toute vie humaine sur cette planète.

Lectures recommandées :

Manuel Castells, L’ère de l’information. Vol 1, La société en réseaux, Paris, Fayard, 1998;

Manuel Castells, L’ère de l’information. Vol 2, Le Pouvoir de l’identité, Paris, Fayard, 1999;

Manuel Castells, L’ère de l’information, Vol 3, Fin de millénaire, Paris, Fayard, 1999;

Manuel Castells, La galaxie Internet, Paris, Fayard, 2002.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *