Umberto Eco

--

Date: 22 février 2016
Auteur: Daniel Nadeau

Umberto Eco est décédé la semaine dernière. C’était un géant intellectuel cet homme. Philosophe, linguiste et romancier, Umberto Eco a été un grand sémiologue. Il aimait théoriser les systèmes de pensée pour analyser les signes et les symboles du langage. Rien ne sert de rappeler ici les éléments de ses recherches. Trop laborieux et mauvaise tribune pour cela.umberto eco

Qu’il suffise de dire cependant qu’Umberto Eco était aussi un auteur prolifique qui comprenait bien les ressorts de notre inconscient et du fonctionnement des médias. Il en a fait la preuve plus d’une fois en se faisant romancier d’une très grande efficacité. Deux titres de roman me reviennent à l’esprit Le pendule de Foucault et Le nom de la rose. Ce dernier roman a d’ailleurs été porté à l’écran. Le nom de la Rose est un thriller franco-italien-ouest-allemand réalisé par Jean-Jacques Annaud et mettant en vedette Sean Connery. Il a paru sur les écrans en 1986.

Véritable roman policier se déroulant dans un monastère où plusieurs meurtres sont commis, cette histoire tirée du roman d’Umberto Eco est une convaincante démonstration de la maitrise totale par l’auteur des signes et des symboles.

Umberto Eco s’est aussi beaucoup intéressé aux communications de masse notamment à la télévision et aux séries dramatiques dans ses interprétations. Son expérience de la télévision italienne lui permet très tôt d’analyser la communication de masse et de nouvelles formes d’expression, comme les séries télévisées ou la variété. « Il y découvre le kitsch, les vedettes du petit écran et, plus généralement, certains aspects de la culture populaire ». Il évoquera ces sujets dans La guerre du faux (1985) et De superman au surhomme (1978).

Ses études l’amèneront également à se pencher sur les genres considérés comme mineurs tels que le roman policier ou le roman-feuilleton. Il y « analyse les procédés et les structures, ainsi que les phénomènes propres à la civilisation contemporaine, comme le football, le vedettariat, la mode ou le terrorisme. » (loc.cit.)

Umberto Eco a eu une grande carrière de professeur et de romancier et il est un grand maître de la sémiologie contemporaine. Il n’y a pas à dire, c’est un géant qui nous a quittés…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *