P.K. Subban, superstar des relations publiques

--

Date: 15 avril 2016
Auteur: Daniel Nadeau

Plus tôt, cette semaine, le lundi 11 avril, nous avons eu droit à une avalanche d’émissions sportives aux réseaux RDS et TVA Sports pour souligner la fin de saison abrupte des Canadiens de Montréal. Experts, commentateurs, joueurs et dirigeants des Canadiens de Montréal ont tour à tour défilés durant toute la journée pour nous faire part de leurs observations et de leurs commentaires afin d’expliquer pourquoi les joueurs des Canadiens s’en allaient chez eux.P.K. Subban

Que d’énergies, de mots et d’images pour entretenir le bon peuple que nous sommes de tout ce que nous savions déjà! On peut comprendre l’intérêt de cette mise en scène pour l’organisation des Canadiens qui ne veulent pas se faire oublier de ses partisans. On comprend encore mieux les intérêts des réseaux sportifs, surtout TVA Sports, qui souhaitent rapatrier les partisans du CH à la télédiffusion des matchs des séries éliminatoires des clubs américains de la Ligue nationale de hockey. Le réseau a l’exclusivité des droits de télédiffusion payés à prix fort et qui verra selon toute vraisemblance les cotes d’écoute chutées dramatiquement ce printemps sans les Canadiens. On comprend enfin que pour les joueurs ce spectacle auquel ils doivent se soumettre, en répétant les lignes de presses concoctées pour eux, est le dernier de leur engagement contractuel avec leur employeur avant les vraies vacances qui débutaient le lendemain pour la très grande majorité d’entre eux.

Qu’avons-nous appris? Rien que nous ne savions déjà. Les Canadiens ont connu une mauvaise saison à cause de la blessure à leur gardien vedette Carey Price. Le club de hockey a marqué plus de buts que l’année dernière, mais en a accordé beaucoup plus. Ceci explique cela. La direction des Canadiens, Marc Bergevin a bien fait son travail. S’il n’y a pas eu de transactions majeures, c’est que cela ne se pouvait pas. Le coach Michel Therrien a été incapable. Il a su garder son club motivé. Les joueurs ont fait leur gros possible et ils ne pouvaient pas donner ce qu’ils n’avaient pas.

L’esprit d’équipe était à son meilleure et tout le monde s’aime et se respecte. Les problèmes entre le coach Therrien et le défenseur vedette P.K. Subban sont une invention des journalistes. P.K. Subban et Max Pacioretty s’aiment d’un amour fou. P.K. Subban a en a donné la preuve devant la caméra en allant lui faire un câlin. Bref, tout allait comme dans le meilleur des mondes. Pourtant, ce fut une mauvaise saison et le propriétaire du club, Geoff Molson, était même présent sur la même tribune que son directeur général Bergevin et que son coach Therrien pour marquer sa pleine confiance en son équipe. Bref, nous aurons un club l’an prochain uni et soudé avec le retour de notre gardien vedette, Carey Price et peut-être si nous sommes chanceux à la loterie de la LNH, un choix parmi les trois premiers en juin prochain. Croyez-le ou non, Marc Bergevin a déclaré que la chance à cette loterie fut ce qui avait permis à Chicago de construire un club gagnant grâce au repêchage de Patrick Kane.

Dans cette opération de relations publiques bien huilées, un nom se démarque. Celui de P.K. Subban. Il a bien accepté de jouer le jeu que l’organisation souhaite. Mais il n’a pas présenté ce côté plus réservé et moins flamboyant tant souhaité par la haute direction et certains de ses coéquipiers. La confiance que dégage cet athlète extraordinaire tant sur la glace qu’à l’extérieur est remarquable et contagieuse. C’est lui le vrai leader de ce club avec Carey Price, mais pour des raisons inexplicables l’organisation des Canadiens ne veut pas de son leadership. C’est pourquoi, malgré ce qu’en aient dit Bergevin et Therrien en ce lundi de relations publiques, P.K. Subban est sur le marché des échanges dans la mesure où le club pourrait obtenir quelque chose de gros en retour. P.K. Subban n’est pas dupe, mais il a répété que son choix à lui c’est Montréal et que si le club et l’organisation veulent de lui, il sera présent et contribuera au succès de l’équipe. Si l’organisation ne veut plus de lui, il sait mieux que quiconque que le hockey est un « business » et que si Wayne Gretsky a un jour été échangé, P.K. Subban peut lui aussi être échangé. Sourire aux lèvres, P.K Subban a donné ce lundi une belle leçon de relations publiques à ses patrons. Il a fait un parcours parfait et il les a même défiés de l’échanger s’ils n’étaient pas heureux de ses services, mais tout cela sans le dire, par contre son arrogance et sa confiance en lui étaient porteuses de ce message clair. Il n’y a pas de doute P.K. Subban est aussi une superstar de relations publiques…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *