Sénateur Duffy – Coupable?

--

Date: 26 avril 2016
Auteur: Daniel Nadeau

La semaine dernière, le juge Charles Vaillancourt de la Cour de l’Ontario a rendu son jugement dans l’affaire du sénateur Duffy accusé de 31 chefs d’accusation de fraude, de corruption et d’abus de confiance. À la stupéfaction de plusieurs, le juge Vaillancourt a déclaré l’accusé Duffy innocent sur tous les chefs d’accusation déposé contre lui. Qui plus est, le juge a reconnu crédible le témoignage du sénateur Duffy qu’il juge comme un sénateur étant travaillant avec une bonne éthique de travail et qu’il n’avait pas d’intentions criminelles. Mike DuffySelon le juge Vaillancourt, le sénateur Duffy n’est coupable d’aucune fraude ou d’aucun abus de confiance. Même le chèque de 90 000 $, qu’il a reçu du chef de cabinet de Stephen Harper, Nigel S. Wright, n’est pas retenu contre lui. L’accusation de corruption a été écartée.

Le juge pointe plutôt du doigt le comportement et les agissements du cabinet du premier ministre Stephen Harper. Est-ce dire que nous ne trouvons rien à redire sur le comportement éthique du sénateur Mike Duffy quant à l’utilisation de nos fonds publics pour ses fins personnelles? Loin de là…

Ce n’est pas parce que les règles de droit et les procédures du Code criminel canadien ne reconnaissent pas le sénateur Duffy coupable qu’il est pour autant blanchi et lavé de tous blâmes.

Je persiste à croire que le sénateur Duffy a agi contrairement à l’éthique la plus élémentaire en dépensant notre argent comme il l’a fait et en réclamant des dépenses injustifiées. Bien sûr, il faut reconnaitre que cela a pu se produire à cause du laxisme des règles administratives en vigueur au Sénat, mais cela n’excuse pas le sénateur Duffy d’avoir pigé dans le plat de bonbons en suivant le trafic comme le disait avec un bel à propos l’animateur et journaliste de Radio-Canada, Michel C. Auger.

Le sénateur Duffy a été reconnu innocent. Grand bien lui fasse. L’opinion publique vindicative et si peu soigneuse du respect des équilibres s’est gourée une fois de plus sur sa culpabilité. Soit.

Néanmoins, le sénateur Duffy n’a pas été pour autant blanchi et sa réputation d’honnête homme n’a pas été refaite. Le sénateur Duffy a bel et bien mal agi avec les fonds publics et à son avantage. Le sénateur Duffy n’est pas une malheureuse victime du bureau du premier ministre Harper. C’est un profiteur au pays de la paranoïa politique et du contrôle excessif du royaume Harperien.

Dans ce cas, c’est le jugement populaire du tribunal de l’opinion publique qui a raison. Ce tribunal aux règles imprécises et fuyantes ne s’est pas trompé lorsqu’il a prononcé un verdict de culpabilité d’abus de confiance et d’utilisation de notre argent. Le jugement du tribunal de l’opinion publique est clair : Mike Duffy a bel et bien fait ce qu’on lui reproche. Il a utilisé des fonds publics de manière abusive indigne d’un sénateur. En fait, le Sénat doit être réformé ou aboli, mais les choses ne peuvent plus être comme avant, tout comme il faut remettre en question la trop grande centralisation des pouvoirs au bureau du premier ministre du Canada dans ce pays.

Et bien fait ce qu’on lui reproche. Le sénateur a utilisé des fonds publics de manière abusive et opportuniste, indigne d’un législateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *