La meute assoiffée de sang

--

Date: 9 mai 2016
Auteur: Daniel Nadeau

Plusieurs n’hésitent pas à comparer les journalistes de la Tribune de presse à Québec de meute. Meute_scrumCette meute, bien que constituée d’individualités fortes et de médias concurrents, a souvent le même récit du monde à nous proposer. Ce sont ces journalistes et ces médias qui nous racontent les péripéties de notre monde démocratique vécu et ils ont toujours une grande influence.

Cette influence s’exerce par le phénomène déjà bien étudié de l’agenda-setting. Je vous donne l’exemple récent du départ de Pierre Karl Péladeau pour illustrer mon point de vue sur la force de ce phénomène dans nos perceptions de la vie politique du Québec.

Démission surprise de Pierre Karl Péladeau. La meute dans son ensemble nous informe que cela était imprévisible. Un coup de tête. D’autres relient cela à l’entrevue donnée la semaine précédente et diffusée la veille par Julie Snyder à TLMEP. Rapidement, on bifurque sur la recherche des causes. Pierre Karl Péladeau dit-il vrai? Ne vivait-il pas d’autres difficultés plus politiques? Ce sentier étant peu probant, on a rapidement porté l’attention au phénomène conciliation famille-travail. À un point tel qu’il semble aujourd’hui hasardeux de se lancer en politique et d’être père de jeunes enfants. La politique devra donc être réservée aux jeunes ou aux gens en fin de carrière si l’on en croit les articles et reportages de la meute.

En filigrane de cette « grosse histoire », la meute s’est aussi intéressée aux suites de l’affaire et à ses conséquences sur le Parti québécois. Il y a eu d’abord, la couverture du combat Gaudreault – Maltais pour le poste de chef intérimaire. Là aussi, on a fabriqué des histoires sensationnelles, une lutte sans trêve entre deux députés d’une même famille, l’inélégance de l’un et la colère de l’autre. À terme, tout semble s’être déroulé dans l’ordre.

L’autre volet des conséquences est bien sûr la vraie course et là aussi le spectaculaire cherche à prendre le dessus. Outre se demander qui seront les prétendants, on sonde déjà la population pour connaître le gagnant et on commente à qui mieux mieux les chances des uns et des autres. Il y a aussi une histoire dans l’histoire puisqu’il semble que les alliés d’hier, Véronique Hivon et Alexandre Cloutier, se feront face dans cette course au leadership dont les contours sont encore indéfinis. Certains ont même avancé que la course sera « skaspearienne ». De la tragédie quoi…

Comme ce petit résumé de l’actualité politique de la semaine dernière le démontre, les médias et les journalistes qui couvrent notre vie politique se déplace en meute et se comporte comme une meute assoiffée de sang qu’ils abreuvent à même le spectaculaire et une grille d’analyse où il y a des gagnants et des perdants…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *