La presse écrite réclament l’aide gouvernementale

--

Date: 15 juin 2016
Auteur: Daniel Nadeau

La presse écrite traverse une grave crise de son modèle d’affaires. Les revenus publicitaires ne sont plus au rendez-vous et cela se ressent de plus en plus dans la qualité de l’information locale et régionale.Presse écrite La semaine dernière, le président et chef de direction du groupe Transcontinental, François Olivier, a réclamé une aide financière du gouvernement du Québec afin de préserver une information régionale et locale de qualité dans les hebdos du groupe.

Les demandes de monsieur Olivier visent à ne plus payer de sommes pour le recyclage de ses produits imprimés. Il demande aussi au gouvernement fédéral, tout comme le dirigeant de Postmedia Paul Godfrey, de hausser ses dépenses en matière de publicité au pays. Monsieur Olivier croit que cela concerne tous les ordres de gouvernement. Enfin, il demande une aide financière pour accélérer la transition vers les plates-formes électroniques.

Ces demandes de monsieur Olivier s’ajoutent à celle de la Fédération nationale des communications de la CSN et du Groupe Capitales Médias qui souhaite un crédit d’impôt sur la masse salariale de leurs employés.

À la bonne heure, les médias régionaux demandent tout comme d’autres secteurs de notre économie d’être subventionnés a même nos taxes et nos impôts pour continuer à nous informer. Aussi convaincu que je suis de l’importance des médias locaux et régionaux, je suis loin d’être convaincu que la solution réside dans des subventions à l’entreprise privée pour l’aider à maintenir des profits. Si l’on croit qu’il est impossible de faire de l’information régionale ou locale sans l’aide de nos taxes et de nos impôts, alors nationalisons ce pan de notre économie. Élargissons le mandat de Télé-Québec et faisons de l’information locale et régionale.

Certes, on peut aussi envisager d’autres solutions comme celui de financer des programmes publicitaires des petits commerces locaux et des organismes communautaires. Il faudrait imaginer un programme qui permettrait de faire d’une pierre deux coups soit aider à maintenir une information locale et régionale de qualité tout en aidant à une base commerciale locale de s’épanouir et de croître dans toutes les régions. Ce programme n’aiderait pas que la presse écrite, mais aussi les médias électroniques qui, à de trop rares exceptions, ont depuis longtemps abandonné les régions à elle-même.

L’information régionale de qualité est vitale pour la démocratie locale et régionale. Néanmoins, une formule qui privatise les profits et socialise les pertes n’est pas la meilleure. Vaut mieux imaginer des solutions originales qui passent par l’aide à nos médias en fortifiant les commerçants locaux et la vie communautaire. De cette manière, nous serions en mesure de répondre favorablement à la demande d’aide financière de la presse écrite, mais à l’étendre à tous les médias tout en laissant la décision aux gens du milieu de choisir lesquels médias sont les plus méritants à leurs yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *