Le cinéma de Donald Trump

--

Date: 22 juillet 2016
Auteur: Daniel Nadeau

La politique américaine est vraiment intéressante. Les présidentielles sont un grand spectacle dont le rituel de la convention d’acceptation du ticket présidentiel est un moment fort. Nous avons eu droit à un long reportage d’infodivertissement de quatre jours qui nous ont vanté les qualités de Donald Trump, candidat du parti républicain à la présidence. Discours TrumpHabituellement, on discute aussi d’idées et du programme qui sera présenté aux électeurs, mais cette fois on ne peut pas dire que nous avons eu droit à beaucoup d’idées. Une longue pub qui a duré quatre jours et de nombreuses heures, aux heures de grande écoute américaine.

Il faudra voir les sondages qui seront publiés en fin de semaine pour mesurer si le message de Trump a atteint ses cibles et s’il a gagné des points dans l’électorat. Habituellement, la tenue de la convention d’un parti permet au candidat de prendre momentanément l’avance sur ses adversaires, mais cet avantage est rapidement perdu par la tenue de la convention de l’autre parti qui aura doit, lui aussi, à son infopub de quatre jours. Revenons à la convention républicaine qui s’est terminée hier et au discours du candidat à la présidence du parti républicain Donald J Trump.

Pendant les quatre derniers jours, les Américains ont eu droit à du bon cinéma. Le scénario est simple. D’un côté il y a les bons, les républicains et leur porte-parole Trump D’un côté il y a les bons, les républicains et leur porte-parole Trump et de l’autre, les méchants démocrates avec Hillary Clinton et Barack Obama. J’ai même compris que la méchante Hillary devrait plutôt être en prison qu’en élection. C’est dire la qualité du contenu échangé entre républicains durant cet événement.

Le discours de Trump était attendu et c’est celui de sa fille Ivanka qui a retenu l’attention. Sa fille a livré un discours où elle a parlé de garderie, de droit des femmes. Bref, un discours que l’on entendra plutôt la semaine prochaine chez les démocrates. Bon, parlons maintenant du discours de Donald. Un excellent discours. Une performance sans reproches, mais dans un désert de solutions. Trump a bien expliqué que sous sa présidence l’Amérique retrouverait sa grandeur. Il y aura plus d’emplois, plus de sécurité. L’État islamique sera défait et la Loi et l’ordre seront rétablis partout aux États-Unis. Les classes moyennes retrouveraient la prospérité perdue. Les mêmes idées que celles tenues depuis un an par Trump. C’est au chapitre du comment que le discours est le plus faible. Nous n’avons pas beaucoup de détails sur les modalités qui conduiraient les États-Unis vers leur destinée et pour qu’elle retrouve son exceptionnalité.

Fermeture des frontières, fin de l’immigration pour tous les ressortissants de pays ayant un lien avec des terroristes, abolition de tous les traités de libre-échange et retour de la Loi et l’ordre dans les rues des villes américaines. Donald Trump est difficile à cerner selon les modes d’analyses habituels des vecteurs gauche-droite. Il tire dans toutes les directions. Il semble que son crédo politique soit nationaliste et populiste. Hier, Trump a tenu un discours où il a insisté sur ces deux clous. De façon générale, les commentateurs ont relevé la faiblesse du comment dans ce discours et les médias se mettront à la chasse de la vérification des faits au cours des prochains jours. En temps ordinaire, on devrait conclure que l’élection est jouée et que Trump par ses insuffisances s’est écarté de la course.

Pas trop vite. Il faut prendre la mesure du contexte actuel où les Américains sont en colère contre leurs élites et qu’ils sont inquiets pour leur sécurité. Secrètement, chaque américain rêve que les États-Unis retrouvent leur grandeur d’antan. Donald Trump risque de causer encore des surprises au cours des prochaines semaines et des prochains mois. Tout se jouera en fait autour de la participation électorale des populations latinos et afro-américaines qui ne peuvent accorder leur vote aux républicains de Trump. Cela se jouera aussi chez les républicains. Iront-ils voter pour Trump en novembre prochain?

Place maintenant à l’infopub démocrate et à Hillary et ses amis…

Une réponse à Le cinéma de Donald Trump

  1. jACQUES TARDIF dit :

    C est toujours mieux que Clinton et Obama. .Eux ils ont financés Alquaida, créé Issis et armés ces deux entitées au moyen-orient…Fais sauté le systeme de la Libye, de l Irak et maintenant la Syrie, financé A lquaida en afrique,et leur fournir des armes soutenir les musulmans, participé a séparer les noirs et les blancs aux états unies…engranger des millions dans la Clinton foundation,,,etc. etc. etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *