Spécialité : Crises

--

Date: 5 août 2016
Auteur: Daniel Nadeau

C’est le titre d’un film dont la version anglaise est intitulée : « Our Brand is Crisis » du réalisateur David Gordon Green qui est sorti sur les écrans du Québec en octobre 2015 et dont on peut voir la version DVD depuis février dernier. Un film qui met en vedette la comédienne américaine Sandra Bullock et Billy Bob Thornton.Crise

Un film qui met en scène les spécialistes de relations publiques et de gestion de crise qui conseillent les candidats politiques à des postes importants. On retrouve dans ce film tous les ingrédients qui font la mauvaise réputation des gens qui pratiquent mon métier. Le mensonge, les demi-vérités, les manipulations et les scandales fabriqués de toutes pièces sont monnaie courante. Tous les coups sont permis pour faire élire son candidat.

En prime, nous avons la version très américaine du monde avec son ingérence dans la vie des peuples et sa façon d’utiliser tous les moyens pour manipuler un peuple et l’amener à voter contre ses propres intérêts et à demeurer dans sa misère.

Dans ce film, l’histoire est simple, Jane Bodine (Sandra Bullock) surnommée Calamity Jane est appelée à renforts pour venir secourir la campagne qui ne va nulle part d’un candidat à la présidence de la Bolivie, Castillo. Le candidat est un homme sans charisme qui a déjà été président de la Bolivie où il avait utilisé la violence contre son peuple. Retirée depuis six ans, Calamity Jane mettra tout son talent à profit pour aider Castillo à remonter la pente et finalement triompher de ses adversaires lors de l’élection présidentielle.

Le moment le plus touchant est la rencontre de Jane Bodine avec une famille de laisser pour compte de quartiers pauvres boliviens. Il se développe entre elle et ces jeunes une véritable relation dont l’enjeu est que le futur président de Bolivie ne livre pas le peuple aux mains du Fonds monétaire international pour couper de façon draconienne dans le budget de l’État et mettre ainsi le peuple à la misère.

Jane réussit à obtenir du candidat qu’il consulte le peuple par référendum avant de faire une telle chose. Castillo sera élu et, devinez, il livrera son peuple au FMI. On comprend alors que la campagne électorale a été une grande mise en scène et que le candidat Castillo est bel et bien l’homme violent que son peuple avait connu.

Il reste qu’à la fin, Jane Bodine décidera que c’en est assez et elle quittera le confort américain pour rejoindre ses jeunes amis boliviens dans les rues. Elle manifestera avec eux contre le président nouvellement élu Castillo.

Un film assez décevant avec une performance extraordinaire de Sandra Bullock. Un film qui diabolise les conseillers en relations publiques et les manipulations américaines en matière de politique étrangère. En cette ère du combat pour la présidentielle Américaine entre Donald Trump et Hillary Clinton, un film à voir pour comprendre comment le mensonge peut devenir une politique pour un candidat. Un film enfin qui ravira celles et ceux qui pensent que les spécialistes de relations publiques et les politiciens sont tous des pourris…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *