Émotion, opinion publique et relations publiques

--

Date: 15 août 2016
Auteur: Daniel Nadeau

Ainsi, le dialogue dans l’espace public procède de débats rationnels entre gens honnêtes à la recherche de la vérité et de justice. C’est ce que prétendre les philosophes tel Jurgën Habermas qui a écrit une célèbre thèse sur le sujet dans son livre : L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise publiée chez Payot à Paris en 1997. Celles et ceux qui regardent les Jeux olympiques de Rio ces derniers jours auront compris que la rationalité cède souvent sa place à l’émotion dans la constitution de l’opinion publique.

Voir un athlète pleurer Athlète perdanteaprès une performance qu’il ne juge pas à la hauteur est l’un des moments forts de l’émotion dans l’espace public. Les médias raffolent de ce genre d’images. Cela rend les athlètes plus humains nous racontent-ils. Pourtant, ces images fortes qui donnent l’impression que nous sommes tous membres d’une même famille sont trompeuses et n’ajoutent rien à l’information que nous pouvons obtenir sur tel ou tel reportage. Au contraire, cela contribue davantage à faire de l’espace public un lieu de spectacle. Déjà que les médias nous transforment en spectateur de nos vies de moins en moins engagé. C’est la thèse que j’ai souvent évoqué ici du prix Nobel de littérature Mario Vargas Llosa dans son livre La civilisation du spectacle.

Pourtant, rien n’est moins informatif que de voir un athlète s’effondrer même s’il a connu une excellente performance. On peut voir dans ces moments d’émotion tout ce qu’il y a de moins glorieux dans ces Jeux olympiques où le culte de la victoire (de la médaille d’or) enlève la place à l’importance de participer et de faire de son mieux. Meute_journalistesSi l’on veut bien comprendre le ridicule d’une telle situation, imaginez-vous après la réception d’une mauvaise nouvelle dans votre vie, votre conjoint vous quitte, vous perdez votre emploi ou vous apprenez la mort d’un proche, et qu’une caméra se pointe et vous demande vos réactions et vos commentaires! Croyez-vous que vous serez à la hauteur? Aurez-vous envie de collaborer avec les médias? Voudriez-vous voir votre vie sur grand écran et dans les manchettes des médias? Poser ces questions c’est y répondre.

Tout cela pour vous dire que je suis d’avis que le traitement que nous réservons à nos athlètes olympiques est inhumain et nous en redemandons, car nous aimons voir ces moments d’émotion. Ce que je dis pour les athlètes est aussi vrai pour les membres de nos classes politiques. Pas étonnant que ces gens recherchent l’appui de spécialistes de relations publiques pour se protéger de ce monde du spectacle créé par les médias et encouragé par notre curiosité avide de vivre la vie des autres par procuration…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *