Le Québec perd un géant

--

Date: 25 août 2016
Auteur: Daniel Nadeau

Il y a de ces événements qui arrivent dans l’actualité par lesquels nous entrons tous en communion ensemble. Que ce soit un grand événement sportif, un moment marquant de notre histoire comme le fut le référendum de 1995 sur l’avenir du Canada ou encore, ce qui est malheureusement courant de nos jours, des événements terroristes ou des cataclysmes naturels où des gens perdent des vies.

Rarement, ce type d’événements représente des moments forts et positifs de la vie en société. Le décès hier du grand cinéaste André MelançonAndré Melançon fait partie de ces rares moments où nous pouvons communier ensemble, nous les Québécois de toutes origines, et célébrer notre culture. Si la mort d’André Melançon laisse un grand vide parmi nous, tout particulièrement pour ses proches et amis, il n’en demeure pas moins que son souvenir gardera vivace en nous ce désir que nous devrions avoir de vivre ensemble la culture québécoise.

C’est ce même André Melançon qui disait hier dans l’une de ses dernières entrevues diffusées aux grands reportages sur les ondes de RDI hier « qu’une société qui perd sa culture, sa musique, sa littérature, sa capacité de création est une société qui meurt. » André Melançon a eu un parcours de vie dans le monde du cinéma québécois qui en a fait un grand de notre cinéma. Ses films tournés avec les enfants resteront gravés de façon indélébile dans nos consciences. Qui ne se souvient pas de la réplique dans le film La guerre des tuques, « la guerre, la guerre c’est pas une raison pour se faire mal ». André Melançon aura non seulement contribué à développer un genre du cinéma québécois avec son complice le producteur Roch Carrier, mais il aura contribué à développer de nombreux jeunes comédiens et comédiennes qui font aujourd’hui le bonheur de nos écrans, petits et grands.André Melançon_Gala

J’ai souvenir aussi de sa prestation lorsqu’on lui a rendu hommage lors d’un gala du cinéma québécois, qui portait à l’époque le nom d’un autre grand cinéaste, mais pédophile, et qu’il avait simplement laissé en héritage ses recommandations comme : « dérangez-nous, surprenez-nous, bousculez les idées reçues et innovez » à la génération qui suit.

André Melançon mérite les hommages qu’il reçoit ces jours-ci. Il était plus grand que nature. Avec lui, nous nous sentons plus que jamais des nains sur des épaules de géants. André Melançon parti, c’est un géant qui nous quitte. Le Québec perd l’un de ses géants.André Melançon et A L

Bon repos monsieur André Melançon et toutes nos condoléances à ses proches et à sa compagne la grande comédienne Andrée Lachapelle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *