L’assassin Bain

--

Date: 26 août 2016
Auteur: Daniel Nadeau

Où l’homme qui n’aimait pas les souverainistes

Après onze jours de délibérations, le verdict du jury est enfin tombé dans le procès de Richard Henry Bain. Richard H BainIl a été reconnu coupable du meurtre non prémédité du technicien de scène Denis Blanchette, abattu le 4 septembre 2012 au Métropolis de Montréal. L’homme de 65 ans a aussi été reconnu coupable de trois tentatives de meurtre, notamment celle de Dave Courage, blessé lors de cette même soirée.

Ce procès a suscité beaucoup de commentaires et a, une fois de plus, mis à rude épreuve notre système de justice dans l’utilisation que fait la défense de l’argument de trouble mental. Depuis l’affaire Turcotte, l’opinion publique est exacerbée par ce type de défense et la population ne comprend pas toujours les subtilités des arguties juridiques et psychiatriques à propos de ce type de défense.Justice

Même s’il apparaît que le verdict du jury dans l’affaire Bain est un compromis entre les douze jurés pour parvenir à un verdict en évitant de faire avorter le procès, il se trouve beaucoup de gens pour critiquer le jugement. Parmi eux, de nombreux souverainistes qui jugent que l’on n’a pas attribué à cet attentat la gravité que cela a eue. Heureusement que l’une des victimes d’une tentative de meurtre lors de cet attentat au Métropolis au soir de la courte victoire de Pauline Marois en 2012, Dave Courage s’est dit satisfait du verdict.

Néanmoins, nous pouvons être en accord avec les gens qui croient que l’on a traité un peu légèrement ce fait d’actualité grave dans notre histoire politique. Au-delà du verdict rendu par le jury dans cette affaire criminelle, il est clair que l’on a été pusillanime dans la façon de nommer les choses. Nous n’avions pas affaire à un crime de droit commun ordinaire dans cette affaire. Marois au MétropolisNous avions plutôt affaire à un attentat politique inspiré par la haine des souverainistes.

De la haine et de la colère d’un être dérangé soit! Tout de même, ce geste posé par Bain était un acte terroriste commis contre des représentants légitimement élus et contre leurs partisans. Il faut avoir le courage de nommer les choses par leur nom l’assassinat du technicien Denis Blanchette et les tentatives de meurtre à l’endroit de Dave Courage notamment étaient le fait d’un homme qui a commis un crime de nature haineuse et c’est un attentat politique de type terroriste.

J’ai mal à imaginer la réaction du Québec si les protagonistes de ce crime avaient été un partisan souverainiste aussi dérangé que Bain et s’attaquant à un chef politique d’un parti fédéraliste. Je ne suis pas certain que l’on aurait eu la même retenue que dans l’affaire Bain pour nommer les choses par leur nom.

Chose certaine, aujourd’hui on peut se réjouir du verdict et espérer que la peine de Richard Henry Bain sera très lourde et qu’il passera le reste de sa vie derrière les barreaux. Tuer n’est pas acceptable et encore moins quand cela est inspiré par de la haine politique. Il faut manifestement que notre système de justice passe le message à tous les émules de violence qu’au Québec et qu’au Canada, la violence politique n’est pas une option. Il faut que justice soit rendue à Denis Blanchette et à Richard Henry Bain cet assassin, cet homme qui n’aimait pas les souverainistes doit payer le tribut de son crime…

Une réponse à L’assassin Bain

  1. Guiomar dit :

    Parfaitement d’accord avec vous monsieur Nadeau. L’hypocrisie du discours est (presque) aussi dommageable à l’exercice de la démocratie que la violence armée et létale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *