Cohen, le québécois

--

Date: 14 novembre 2016
Auteur: Daniel Nadeau

leonard-cohenLa semaine dernière, une grande voix nous a quittés. Une voix rauque, pleine de poésies et de drames humains vécus au quotidien. Une voix qui explorait mieux que quiconque les sentiments profonds des êtres dans leur désir d’aimer, de fraterniser et dans leurs souffrances et leur isolement. La voix du grand poète et chanteur Leonard Cohen s’est éteinte nous laissant en héritage une œuvre gigantesque. Nous en aurons pour plusieurs années à la réentendre, la lire pour mieux s’en emparer et la faire nôtre.

Leonard Cohen était un juif qui a vécu à Montréal. Un juif qui fréquentait avec assiduité la langue hébraïque et les textes sacrés. Un juif qui était aussi bouddhiste. Il avait une vie intérieure et spirituelle très iconoclaste et agissait comme un homme de son temps.

Rejetant les étiquettes, il a déjà refusé le Prix du Gouverneur général du Canada parce qu’il ne pouvait souffrir de voir sa poésie enrégimenter par quelque pouvoir que ce soit. Leonard Cohen dont nous nous souviendrons longtemps avait beaucoup d’amour à donner aux femmes comme à sa Suzanne, mais aussi à son public. Malgré les revers, il a toujours su faire preuve de résilience. Après avoir été volé, il s’est remis à faire de nouveaux spectacles pour notre plus grand bonheur.

Cohen était un géant du Québec et du Canada. Un homme simple qui exprimait ses opinions et sa vision du monde dans son œuvre. Il a toujours su nous toucher et nous faire découvrir les abysses de nos sentiments intérieurs. Leonard Cohen sera présent dans nos mémoires pour son œuvre et pour ses chansons. C’est de la graine de prix Nobel de la littérature. Leonard Cohen, c’est un montréalais dans toute sa complexité. Un grand voyageur et surtout un Québécois contemporain de son époque…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *