Philippe Couillard : homme d’État

--

Date: 7 février 2017
Auteur: Daniel Nadeau

J’ai écrit de nombreux billets et aussi des chroniques concernant les difficultés du gouvernement libéral de Philippe Couillard en matière de communication gouvernementale tout particulièrement en matière de gestion de crise. Dans ces nombreux écrits, j’ai été sévère envers le gouvernement libéral et tout particulièrement à l’endroit de Philippe Couillard, le premier ministre.Philippe Couillard Aujourd’hui, au lendemain de l’assassinat de six Québécois de confession musulmane dans une mosquée à Québec, le 29 janvier dernier, je dois rendre justice au premier ministre Couillard et dire qu’il a eu un comportement d’un grand homme d’État.

Bien sûr, on sait que des périodes de crise comme celle vécue à Québec sont propices à ce que notre premier ministre se donne la stature d’homme d’État. Il y a quelques années, l’ex-première ministre du PQ, Pauline Marois, avait eu aussi cette capacité dans la foulée de la catastrophe de Lac-Mégantic. Si les grandes catastrophes ou les crimes sont propices à révéler le sens de l’État chez nos premiers ministres, il ne faut pas oublier néanmoins que la politique n’est jamais bien loin.

Il est vrai que Philippe Couillard s’est abstenu de lever un doigt accusateur à l’endroit de ses adversaires politiques. Il en aurait été capable, car les acteurs politiques en face de lui ont des déclarations compromettantes à leur actif en matière de tolérance et d’ouverture particulièrement envers les Québécois de confession musulmane.

Bref, le premier ministre Couillard a bien fait cela, mais le temps est venu de donner suite au rapport Bouchard-Taylor. Les bons mots et les bonnes intentions ne pourront suffire à calmer le jeu d’une façon définitive en matière de laïcité de l’État québécois et de ports de signes religieux dans les institutions québécoises. Comme plusieurs Québécois, je suis d’avis qu’il faut donner suite au rapport Bouchard-Taylor et surtout qu’il faut se doter d’une politique d’immigration qui sera conséquente avec les moyens que nous nous accordons pour assurer l’intégration des nouveaux venus. Qui dit intégration, dit aussi accès au marché de l’emploi avec la reconnaissance appropriée pour les acquis et compétences des personnes que nous accueillons. Cela signifie aussi que nous ayons des stratégies de communication appropriées pour combattre les préjugés et l’ignorance parmi la majorité.

Mieux encore, toute stratégie de communication visant à mieux faire comprendre la réalité de l’immigration ne pourra suffire à vaincre l’Insécurité des francophones québécois de souche vivant au Québec tant et aussi longtemps qu’ils se sentiront menacés dans leur langue, leur culture et leurs institutions. À l’ordre du jour, il doit s’imposer un dialogue avec les Québécois de toutes les cultures autour des valeurs phares du Québec contemporain et de ce qui est raisonnable ou non dans les manifestations des différences dans nos institutions communes. La reprise du dialogue de la place de la nation québécoise avec nos compatriotes canadiens, acadiens et autochtones doit aussi être parmi les priorités de notre vouloir-vivre ensemble. Vaste programme monsieur Couillard, mais qu’un homme d’État serait capable de relever…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *