Diversion à l’américaine

--

Date: 6 mars 2017
Auteur: Daniel Nadeau

Faire diversion est l’un des plus vieux outils de relations publiques d’un gouvernement. C’est connu, lorsqu’un gouvernement s’en tire mal avec une question qui s’incruste dans l’actualité, on propose une autre nouvelle qui fera du bruit, qui captera l’attention de tous et surtout des médias et des commentateurs. Le président américain Donald Trump est bien au fait de cette pratique et c’est ce qu’il a servi au public et aux médias américains ce dernier weekend par l’intermédiaire de son compte Twitter.

En lançant sans aucune preuve que l’ex-président Obama a mis son téléphone sur écoute électronique au cours de la dernière campagne électorale présidentielle, Donald Trump cherchait à faire oublier les liens mystérieux entre les membres de son équipe de campagne électorale et la Russie. Le FBI enquête présentement. Il semble bien, si nous en croyons les médias honnis par Trump, ceux des « fake news » que l’ambassadeur russe à Washington, Sergueï Kislyak a été fort occupé à rencontrer les proches de Donald Trump.

Michael Flynn qui a du démissionner de son poste à la Sécurité nationale, de nombreux conseillers de sa campagne dont Paul Manafort, son propre gendre Jared Kushner et maintenant le procureur général des États-Unis, Jeff Session. Tous avaient remarqué les positions souples du candidat Trump durant la campagne électorale à la présidence à l’endroit de la Russie et de son président Vladimir Poutine. La diffusion de courriels privés d’Hillary Clinton a fait mal à sa campagne. Il a été mis en preuve que ces fuites impliquaient la Russie. De là, la conviction de beaucoup d’Américains voulant que la Russie ait interféré dans l’élection de leur président.

Les révélations qui coulent aux médias et l’enquête du FBI sur cette question font désormais pointer les soupçons sur l’équipe de Trump. Comme l’a dit lui-même le président Trump, si ces faits sont un jour mis en lumière, cela pourrait être l’un des plus grands scandales de l’histoire de la politique américaine. Plus grand encore que le scandale du Watergate dont s’était rendu coupable l’ex-président Richard Nixon et qui l’a obligé de démissionner avant d’être démis de ses fonctions par les élus américains.

La gravité des choses permet de comprendre la volonté du président Trump de faire diversion et d’accuser son prédécesseur Obama de l’avoir mis sur écoute électronique. Si cela était vrai, ce serait aussi un scandale à la Watergate. Par l’entremise d’un porte-parole, le président Barack Obama a nié les faits qui lui sont reprochés par Trump. Il a déclaré n’avoir jamais mis aucun citoyen américain sous écoute électronique. Donald Trump persiste et signe même s’il n’avance aucune preuve. Il y aura enquête là-dessus aussi tant qu’à faire.

Parfois la diversion est un excellent outil dans le carquois des flèches stratégiques de la gouvernance, mais il faut prendre bien soin de ne pas ouvrir de nouveaux sujets qui sont parfois pires que ceux que l’on veut faire oublier. Sur le réseau Twitter, un tweet disait que Donald Trump déposerait les preuves de ce qu’il avance sur le président Obama en même temps que le certificat de naissance qui prouve qu’il n’était pas américain…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *