La confiance et la liberté

--

Date: 22 mars 2017
Auteur: Daniel Nadeau

C’est fou comment la confiance est un élément essentiel à la vie en société. Lorsque vous vous présentez chez un médecin pour la première fois, vous lui faites confiance sur la base d’un diplôme affiché sur le mur de son bureau, sur la basse de sa réputation ou encore sur la crédibilité que vous accordez au titre de médecin. Ce qui est vrai pour un médecin est aussi vrai pour l’ensemble des relations sociales que nous nouons avec autrui. La confiance c’est la base de la vie en société et des rapports que nous entretenons avec les autres.

Nous avons appris récemment que les États-Unis, sur la base d’informations confidentielles et connues de ce seul pays, ont décidé d’interdire les appareils électroniques des vols aériens de treize pays du Moyen-Orient. Selon plusieurs médias et les tweets de compagnies, les États-Unis ont décidé d’interdire à partir d’hier aux passagers embarquant sur des vols en provenance de plusieurs pays du Moyen-Orient d’emporter en cabine des appareils électroniques, comme des tablettes ou des ordinateurs portables. Les responsables américains ont refusé d’expliquer les motifs de cette décision. Le Royaume-Uni a emboîté le pas en imitant les États-Unis, mais en ciblant six pays plutôt que treize alors que le Canada a annoncé qu’il étudiait la question.

Ce qui semble à première vue une simple question de routine en matière de sécurité aérienne devient soudain un enjeu de relations publiques et de confiance. Comme cette décision américaine a été annoncée au plus fort d’une tourmente médiatique dans laquelle se retrouve le président Trump dans la foulée de l’affaire des relations de son organisation électorale et de la Russie, on peut poser comme hypothèse que cela peut être une diversion. Le personnage nous y a habitués.

Le problème qui se pose à la communauté internationale c’est qu’il n’y a pas si longtemps tout l’Occident était solidaire des États-Unis en matière de sécurité aérienne et de l’adoption des protocoles utiles pour préserver la vie d’innocents devant la menace terroriste. Aujourd’hui, un doute persiste quant à notre principal allié sur les motivations d’adopter de telles mesures. La confiance n’y est pas. Il est difficile de faire confiance à un personnage comme Donald Trump et à son régime. Sa propension a bafoué toutes les règles et à dire n’importe quoi pour justifier ses actions a des conséquences pour nous.

Quand la confiance n’est pas absolue en des matières comme la sécurité aérienne et de la protection des gens contre le terrorisme, on peut prendre la pleine mesure des conséquences de la présence d’un président comme Donald Trump à la tête d’une des grandes puissances mondiales. Tout ce que nous pouvons souhaiter c’est que notre gouvernement va procéder aux analyses nécessaires et prendre les décisions les plus judicieuses quant à notre sécurité. Après tout, tout ce qu’il nous reste nous Canadiens c’est la confiance que nous pouvons avoir en notre gouvernement. Je vous l’ai dit au début de ce billet, la confiance est le ciment social de nos libertés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *