Forum Dialogue+, un succès

--

Date: 24 mars 2017
Auteur: Daniel Nadeau

Aujourd’hui, je serai présent toute la journée à l’hôtel Delta à Sherbrooke pour participer au Forum Dialogue+ organisé par l’organisme Actions Interculturelles dirigé par Mohamed Soulami. Cet événement est destiné à donner la parole à de jeunes leaders et à les mettre en présence avec les principaux décideurs de la région pour que l’on puisse ensemble trouver des outils afin de favoriser un meilleur vivre-ensemble à Sherbrooke.

Cet événement auquel collabore le Cabinet de relations publiques et de communication Nadeau Bellavance dans le domaine de la gestion des relations médias et des relations publiques est avant même son début couronné d’un grand succès. Imaginez, plus de cent quarante personnes seront présentes. Parmi elles, il y aura bien sûr les principaux acteurs de notre milieu sherbrookois et les principaux décideurs, mais aussi plus d’une cinquantaine de jeunes leaders de Sherbrooke. Ces jeunes seront en après-midi assis face à face avec les décideurs de la région qu’ils soient de la police, du secteur de la santé, des services sociaux, de la protection de la jeunesse ou d’un autre secteur, pour discuter d’outils et de moyens qui pourront être mis en place afin de faire reculer chez nous la discrimination, l’exclusion et la radicalisation violente.

De toute ma carrière en communication et en relations publiques, j’ai participé ou assisté à de nombreux événements sur une foule de sujets, mais je n’ai jamais vu un projet où la jeunesse était mise aussi à profit pour trouver des solutions durables à un problème majeur du monde contemporain soit la radicalisation de population qui conduit à des actes violents. Encore cette semaine, la ville de Londres a été victime de tels actes qui viennent de nos jours profondément ébranler les sentiments de sécurité des populations de plusieurs pays dans le monde.

Il faut se réjouir qu’ici à Sherbrooke, nous travaillons main dans la main avec tout le milieu pour prévenir ce genre d’actions dans notre ville. La tenue demain du premier forum jeunesse Dialogue+ est une preuve éloquente que nous pouvons agir pour éradiquer la violence radicalisée au Canada.

Le Forum Dialogue+ qui comptent parmi ses partenaires la Ville de Sherbrooke et l’Université de Sherbrooke est un événement qui rassemble des décideurs, différents intervenants ainsi que de nombreux jeunes qui, ensemble, travailleront à mettre en place des actions concrètes pour favoriser une meilleure compréhension entre les diverses communautés. Des actions qui constitueront également de puissants moyens pour repousser la radicalisation violente de notre vie collective. La nécessité d’ouvrir le dialogue s’impose. C’est pourquoi le Forum Dialogue+ qui se tient aujourd’hui suscite autant d’espoir. Un projet très mobilisateur qui s’appuie sur des données probantes et des pratiques porteuses et qui deviendra le maître d’œuvre d’une série d’actions qui seront entreprises chez nous, puis ailleurs au Canada, pour prévenir la discrimination, l’exclusion et la radicalisation. 

 On parle souvent des jeunes comme solution à bien des problèmes et de l’importance de leur donner la parole, mais depuis les 25 ou 30 dernières années, c’est rare que quelqu’un ait réussi à les mettre en scène concrètement et à leur donner les outils pour qu’ils puissent vraiment avoir une véritable voix au chapitre. Le Forum Dialogue+ qui se déroule à Sherbrooke est la preuve qu’il est possible de faire de la jeunesse notre meilleur outil pour ouvrir le dialogue et pour trouver des solutions concrètes avec tous les acteurs afin de promouvoir le dialogue comme principal moyen pour créer une dynamique d’échanges qui sera susceptible d’aider à prévenir la radicalisation violente dans notre société.

Le Forum Dialogue+ prend son envol à Sherbrooke, puis il se tiendra dans les villes d’Hamilton, d’Ottawa, de Moncton et de Québec. Ces villes figurent parmi les villes canadiennes où l’on répertorie le plus de crimes haineux par 100 000 habitants. La ville de Sherbrooke a, selon le rapport de Statistiques Canada en 2013, un taux d’environ 5,5 de déclarations de crimes haineux par 100 000 habitants alors que ce taux avoisine 16,5 pour Hamilton, 7 pour Moncton, 6,5 pour Ottawa et 3 pour la ville de Québec.

Je vous reparle lundi des résultats et des pistes d’orientations qui seront tracées par cet important rassemblement de la jeunesse et des décideurs sherbrookois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *