L’article 1 de Québec solidaire

--

Date: 30 mars 2017
Auteur: Daniel Nadeau

Le départ de la très sympathique Françoise David conjugué à l’arrivée flamboyante du charismatique Gabriel Nadeau-Dubois a propulsé Québec solidaire dans l’actualité ces dernières semaines. Sans compter les coups de gueule du député Amir Khadir et la croisade de Manon Massé pour sauver son comté et par le fait même ses chances de réélection en 2018.

Il est rare que Québec solidaire soit aussi durablement dans l’actualité. Cette fois, ce qui est différent, c’est la mise en scène soignée en matière de relations publiques de la relève désignée par madame David de GND comme on appelle communément Gabriel Nadeau-Dubois. Il y a quelques semaines déjà, le PQ de Jean-François Lisée avait décidé pour besoin de convergence, semble-t-il de ne pas y faire obstacle à Québec solidaire. Gabriel Nadeau-Dubois voit s’ouvrir un siège à l’Assemblée nationale du Québec. Non seulement Gabriel Nadeau-Dubois deviendra député à l’Assemblée nationale, mais il sera aussi selon toute vraisemblance porte-parole désigné de Québec solidaire. Une sorte de chef et de porte-étendard de la gauche. Une gauche radicale.

GND a fait son entrée officielle en politique en accusant toute la classe politique d’avoir trahi le Québec depuis les trente dernières années. Une déclaration pour laquelle il s’est par la suite excusé, mais qui était planifiée et souhaitée. Quoi de mieux pour dire que nous sommes différents et providentiels que de condamner tous les autres ? Un moyen de positionnement et un moyen pour se définir très efficace en communication. Se distinguer des concurrents et marquer son territoire.

Si l’on veut vraiment parler de Québec solidaire un jour, il faudrait bien parler de son programme et des idées que cette formation politique professe et promeut. Outre la dénonciation du néo-libéralisme, ce que souhaitent les membres de Québec solidaire, si j’en crois leur site Web, c’est une rupture radicale avec le capitalisme au profit de l’économie sociale, je trace de gros traits ici.

La question est la rupture avec le capitalisme. Tout comme le débat sur la souveraineté au PQ a ses modérés et ses pressés, on retrouve le même type de schéma chez celles et ceux qui veulent rompre avec le capitalisme et le néo-libéralisme. Il sera intéressant de savoir si Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé croient que le régime capitaliste basé sur la domination de classes, l’extension sans fin des marchés, le tout à l’accumulation avec les pratiques de prédateur pour s’approprier les vies et les consciences de tous est réformable ou faut-il simplement l’éradiquer?

Dans l’état actuel du monde, peut-on créer un capitalisme à visage humain ou encore faut-il rompre définitivement avec cet idéal de civilisation qui avait pour objectif d’amener un progrès continu et d’accroître l’autonomie des gens? Un Québec juste et solidaire est-il possible dans le cadre d’une économie libérale? Cela peut-il se faire dans un cadre de débats démocratiques où faut-il avoir recours au pouvoir de la rue? Voilà un débat auquel ne pourra pas échapper Québec solidaire et GND et les diverses réponses à ces questions simples, mais fondamentales pourraient bien devenir l’article 1 de Québec solidaire si cette formation politique continue de séduire le Québec et obtient des résultats significatifs aux urnes. C’est pourquoi il n’est pas injuste de qualifier le nouveau venu de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois de porte-parole de la gauche radicale…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *