Les fausses nouvelles de Radio-Canada

--

Date: 7 avril 2017
Auteur: Daniel Nadeau

Ce n’est pas rien. Ici Radio-Canada télé et la très sympathique journaliste d’enquête et d’affaires criminelles, Isabelle Richer, se sont rendues coupables de diffusion d’une fausse nouvelle. Ladite fausse nouvelle s’inscrivait dans la foulée des événements de l’autoroute 13 lors de la tempête de neige du 13 mars dernier ou plus de trois cents automobilistes avaient été laissés à eux-mêmes coincés sur l’autoroute 13. Au lendemain de ce cafouillage des pouvoirs publics, les ministres responsables Laurent Lessard, au Transport, et Martin Coîteux, à la Sécurité publique, avaient faits piètre figure. C’est le premier ministre Philippe Couillard lui-même qui avait sauvé la mise pour le gouvernement.

Depuis lors, une série d’enquêtes administratives et de vérifications internes ont été déclenchées par le gouvernement du Québec pour mieux comprendre ce qui était arrivé. Comme dans bien des cas similaires, ce qui domine alors l’actualité c’est la recherche de coupables pour expliquer ce que tous dénoncent. On veut des coupables pour les punir et faire des exemples.

C’est dans ce contexte et en jouant au jeu de qui en sait le plus que la réputée journaliste Isabelle Richer lançait en ondes que le commandant de la Sûreté du Québec, Martin Prudhomme était parti en vacances à la Barbade et que l’un de ses adjoints, Sylvain Caron, participait à une fête. Ceci devant expliquer cela. Or, il s’avère que ces informations diffusées par Ici Radio-Canada télé sur toutes ses plates-formes d’émission d’information de grande écoute étaient fausses. La journaliste Isabelle Richer s’en est excusée hier. C’est de loin la plus importante rétractation médiatique depuis plusieurs années au Québec.

La crédibilité de la journaliste et de l’antenne de Radio-Canada est durement touchée. Dire que la journaliste Isabelle Richer, qui est aux affaires criminelles et l’une des figures de proue de l’émission Enquête, qui se spécialise dans les révélations croustillantes, ne fait qu’ajouter à la catastrophe de cette fausse information pour la crédibilité de l’information à la Société d’État.

Reste à voir si les responsables de l’information de Radio-Canada prendront des mesures disciplinaires qui s’imposent envers la journaliste Isabelle Richer. Sa popularité et son charisme à l’écran ne peuvent suffire à faire oublier qu’elle a commis une faute journalistique grave qui a eu des conséquences sur la réputation de personnes en autorité à la Sûreté du Québec. Dans ce dossier, le service d’information de Radio-Canada n’a rien à envier à Fox News et aux porte-parole de Donald Trump à la Maison-Blanche. Ils ont donné dans la réalité alternative des fausses nouvelles. Décevant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *