Manchester 2017

--

Date: 25 mai 2017
Auteur: Daniel Nadeau

Manchester, un autre attentat. D’autres innocents assassinés par un « fou d’Allah ». Le même pattern. Un jeune homme d’origine musulmane identifié et connu de la police pour ses idées religieuses qui passe à l’acte. Jeune homme né au Royaume-Uni, mais perdu dans ses illusions religieuses. Une fois encore, nous serons Manchester. Nous pleurerons les victimes et nos dirigeants politiques répéteront ad nauseam que nous mènerons une lutte sans merci aux terroristes. Des terroristes sans visages ou avec des visages familiers.

Pendant ce temps, le monde poursuit business as usual son train-train quotidien. Le président des États-Unis d’Amérique voyage au Moyen-Orient et signe un important contrat de vente d’armes avec l’Arabie saoudite, principal foyer d’appui des musulmans intégristes. Pire encore, Donald Trump prend parti pour les sunnites contre les chiites en Iran. L’Iran est identifié par les États-Unis comme le mal et le foyer du terrorisme alors que ce pays combat l’armée de l’État islamique en Syrie. Ce n’est à rien comprendre. Que c’est compliqué la politique internationale!

Nous n’avons pas de réponses pour comprendre les motivations profondes d’un jeune Anglais qui au mépris de sa société d’accueil s’attaque aux enfants de son propre pays. Le processus de radicalisation qui passe par la discrimination et la religiosité est encore à déchiffrer. Un jour, Karl Marx a écrit : « la religion c’est l’opium du peuple ». Il n’avait pas tort, mais il n’avait pas prévu que la religion deviendrait un puissant détonateur de folie meurtrière qui pousserait des jeunes à des actes insensés.

Nous avons tous à réfléchir sur une idée essentielle : pourquoi sommes-nous incapables de convaincre l’humanité que valoriser la vie humaine n’est pas un geste de faiblesse, mais plutôt le geste fondamental qui fonde sa propre humanité?

Cette question comme plusieurs autres restent sans réponses. La seule réponse que l’on peut y trouver aujourd’hui c’est que nous devons encore une fois pleurer des morts innocents tombés sous la folie meurtrière de « fous d’Allah ». Jamais il ne faut s’habituer à cette violence. Jamais, il ne faut baisser les bras devant cette religiosité meurtrière. Il faut agir vite si nous voulons chercher à trouver une solution à ce problème. Manchester 2017 est une preuve supplémentaire de notre impuissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *