Raconter des histoires

--

Date: 31 juillet 2017
Auteur: Daniel Nadeau

Le métier de communicateur est comme tous les autres. On y retrouve aussi des effets de mode. Des mots et des concepts passe-partout qui laissent croire que l’on vient de réinventer les boutons à quatre trous. C’est le cas avec la vogue actuelle autour des concepts de « inbound marketing » et de « storytelling ».

De quoi parle-t-on?

Le « inbound marketing » c’est tout simplement un terme accrocheur pour dire qu’il faut du contenu intéressant et de qualité pour attirer le consommateur vers son produit. La belle affaire!

Je pratique le métier de spécialiste en relations publiques depuis plus de 30 ans et je n’ai jamais cessé de dire à mes clients de l’époque Bombardier, Kruger, Domtar, Cascades, Hafner, Université de Sherbrooke, Université Bishop’s, Graymont, Ville de Sherbrooke, C2MI, Sherbrooke Innopole, Commerce Sherbrooke, Animat et plusieurs autres qu’il était important de se présenter avec un contenu solide devant l’opinion publique. C’est pourquoi toutes les interventions du Cabinet de relations publiques et de communication Nadeau Bellavance inc. nécessitent toujours une réflexion stratégique préalable.

La réflexion stratégique préalable appelée dans notre jargon devis de travail consiste à bien comprendre le contexte de l’intervention puis à bien saisir la problématique (les forces et faiblesses de notre position). Par la suite, en ayant préalablement bien identifié les publics cibles à rejoindre, nous sommes à même de proposer une stratégie de communication qui nous conduit tout naturellement à un axe de communication qui se déploie ensuite en messages-clés et en moyens de communication.

Chez Nadeau Bellavance, nous pratiquons le « inbound marketing » à la sauce de relations publiques depuis toujours. Ce qui a changé ces dernières années c’est que ces bonnes pratiques de communicateur ont aujourd’hui convaincu les gens de marketing et qu’ils tendent à délaisser leurs traditionnels 4P ou 6P pour du contenu.

C’est un peu la même chose avec l’autre concept en vogue que représente le storytelling. Le storytelling c’est l’art de raconter des histoires sur un produit pour le faire adopter par les consommateurs. Sans vouloir n’offusquer personne, j’aimerais dire qu’il y a longtemps que le monde des relations publiques a compris l’importance de raconter une histoire pour être crédible. Encore là, il ne faut pas accorder une connotation péjorative à raconter des histoires. Une bonne histoire authentique, liée à la réalité d’une organisation est la clé de toute communication efficace.

Ici aussi, la vogue actuelle du concept du « storytelling » est attribuable à son adoption par le monde des « marketers » qui s’en servent pour vendre des produits de consommation. L’exemple d’Apple et de la publicité culte de 1984 en est le plus puissant symbole.

Néanmoins, il y a péril en la demeure si le « storytelling » devient la norme. Il y a d’énormes risques que sous l’effet de mode, on en vienne à confondre en relations publiques raconter une bonne histoire crédible avec raconter une vraie histoire. Il faut éviter l’effet pervers des modes du marketing dans l’univers des relations publiques.

La méthode narrative qui porte la mode du « storytelling » actuelle provient des travaux de sémantique de Julien Greimas. Ces travaux mettent en vedette des notions comme émetteur-récepteur, adjuvant-opposant, sujet-objet. C’est avec ce modèle de Greimas que naviguent souvent sans le savoir les praticiens du « storytelling »

Mais tout bon professionnel de relations publiques vous dira aussi qu’il ne faut jamais perdre de vue la théorie de communication de Jurgen Habermas qui dans son modèle kantien de « communauté communicationnelle d’honnêtes gens » amène tout naturellement à l’adoption du principe de communication bidirectionnelle symétrique qui est devenu le modèle de l’excellence en relations publiques.

De bonnes communications et l’excellence en relations publiques passent par de vieilles recettes éprouvées : faire ce que l’on dit et dire ce que l’on fait dans un dialogue empreint de transparence et d’honnêteté. Simple comme l’œuf de Christophe Colomb…

Le prochain blogue : les 15 ans de Nadeau Bellavance, une très belle histoire à partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *