La faillite morale de Donald Trump

--

Date: 22 août 2017
Auteur: Daniel Nadeau

La politique américaine n’a jamais été aussi passionnante pour les observateurs de la scène politique. Il faut dire que l’imprévisibilité de Donald Trump y fait pour beaucoup. Depuis son accession à la présidence, nous avons eu droit à de nombreuses nouvelles qui sortent de l’ordinaire. Ainsi, ses sorties aussi burlesques que violentes contre les médias et les fake news, l’invention du concept des « faits alternatifs » par ses conseillers, la lutte épique contre les membres du Congrès et du Sénat dans la foulée de ses tentatives pour abolir « l’Obamacare », ses accusations fausses contre l’ancien président en matière d’espionnage, ses démêlées avec la commission de la sécurité nationale concernant les liens de sa campagne et de son entourage, ses coups de gueule contre les tribunaux américains dans le sillage de ses décrets anti-immigration sont autant d’épiphénomènes de ce régime Trump.

Là où ça fait vraiment mal cependant ce sont ses récentes déclarations en marge des événements de Charlottesville en Virginie-Occidentale où il a renvoyé dos-à-dos les protagonistes de l’événement venant relativiser les gestes et les comportements inacceptables d’une extrême-droite décomplexée scandant dans les rues des slogans suprémacistes blancs et exprimant de la haine contre les juifs et les noirs afro-américains. Cette fois, le président Trump a dépassé la limite de l’acceptable. Il a délégitimé la fonction présidentielle américaine et a manqué une belle occasion de faire valoir l’autorité morale de sa fonction. Ce qui est un précédent dangereux pour son pays et même pour nous, ses voisins du nord.

Donald Trump est un président hors-norme, aux idées particulières et aux comportements imprévisibles, mais par ses propos sur l’affaire de Charlottesville, il a failli à sa tâche d’être une force morale et un guide pour la nation américaine. Par son attitude, il vient d’infliger des blessures profondes aux institutions américaines et à la démocratie. Donald Trump passera probablement à l’histoire comme le président qui aura le plus affaibli les États-Unis d’Amérique. Non seulement il ne réussira pas à faire America Great Again, mais il fera de son pays la risée du monde occidental. Il est loin d’être certain que son successeur, quel qu’il puisse être, sera en mesure de corriger la situation en un mandat. Les dommages causés par le président Trump à son pays sont graves et permanents. La confiance dans cette puissance économique, vue longtemps comme la conscience démocratique du monde libre, est aujourd’hui fortement entachée à la suite des gestes posés par cette administration.

Donald Trump a prouvé qu’il n’avait pas les compétences pour être président des États-Unis d’Amérique. Il serait temps que les membres républicains du Congrès et du Sénat s’en rendent compte et agissent pour rétablir la situation avant qu’il ne soit trop tard. Si déjà on a voulu destituer un président pour ses galipettes dans le bureau ovale avec une stagiaire, il me semble que l’on a de meilleures raisons de prendre des mesures contre ce président qui est un boulet pour son pays et pour le monde libre.

Une réponse à La faillite morale de Donald Trump

  1. Et malheureusement prévisible en regardant son passé et le déroulement de l’investiture républicaine.
    On espérait qu’il change une fois devenu président, mais il est resté fidèle à lui même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *