L’opinion publique contre la violence espagnole

--

Date: 3 octobre 2017
Auteur: Daniel Nadeau

Honte à l’Espagne! Honte à ce régime inique qui réprime la démocratie catalane avec ses sbires et par la force de ses matraques! Honte aussi à la communauté européenne et à ses leaders allemands et français qui ont choisi de détourner les yeux de la violence de l’État espagnol contre les populations civiles.

Ce qui s’est passé dimanche dernier en Catalogne, les images où l’on voit des policiers frapper sur des jeunes et des moins jeunes à grands coups de matraque et de coup de pied pour les empêcher de voter sont insoutenables. Déjà, au-delà des discussions politiques sur la valeur des résultats, l’Espagne a perdu. Catalogne 10, Espagne 0. Les images des violences de l’État espagnol contre la population constituent une véritable usine à fabriquer des souverainistes catalans. Comment peut-on imaginer que des démocrates puissent détourner le regard de ces images violentes et ne pas donner son appui à ces femmes et à ces hommes qui ne voulaient qu’exprimer leur opinion par l’entremise d’un scrutin. Illégal ou non, on ne peut gagner quand on violente des gens pour qu’ils ne puissent pas exprimer leurs opinions sur des sujets aussi majeurs que l’avenir d’un pays.

Chez nous, les principaux dirigeants politiques ont dénoncé la violence et on a invité les parties au dialogue. On a reconnu le droit à l’autodétermination des peuples et dénoncé la violence sans se prononcer sur le fond de la question, ce qui est normal. Néanmoins, les lendemains de veille seront difficiles pour l’Espagne et les leaders de la communauté européenne. Avec un taux de participation de plus de 40 % et plus de 90 % des gens qui se sont prononcés en faveur de l’indépendance de la Catalogne, on ne peut pas conclure que le problème entre l’Espagne et la Catalogne s’est évanoui. Ce n’est pas la déclaration du président espagnol, Mariano Rajoy, voulant qu’il ne se soit rien passé et qu’il n’y ait pas eu de référendum qui va permettre de trouver une solution à cet enjeu difficile.

Le peuple catalan dans la rue n’a pas usé de violence malgré la répression qui s’est abattue sur lui. Il a répondu à cette violence par des chants, des danses et par une relative bonne humeur bon enfant. Cela ne durera pas éternellement cependant. Si le gouvernement espagnol ne parvient pas à rétablir un vrai dialogue avec le peuple catalan, s’il choisit de le réprimer encore plus durement, il ne va que faire naître de la violence. Ce serait dommage que l’on pousse ce peuple pacifique vers les extrêmes pour se faire entendre. La communauté européenne et la communauté internationale ont un rôle à jouer pour apaiser le jeu. Reste à voir si pour une fois, nous serons à la hauteur du défi qui est posé à l’Espagne et au monde. On ne peut empêcher un cœur d’aimer, comme on ne peut empêcher une nation de s’affirmer. Le droit à l’autodétermination constitue un droit inaliénable de tout peuple sur la terre. Les Catalans y ont droit comme nous les Québécois. La logique constitutionnelle doit s’effacer devant la détermination d’un peuple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *