Calmer l’opinion publique et remanier le cabinet

--

Date: 11 octobre 2017
Auteur: Daniel Nadeau

Les rumeurs sont persistantes. Aujourd’hui, le chef du Parti libéral du Québec et premier ministre du Québec Philippe Couillard devrait procéder au remaniement de son cabinet des ministres. Dans le sillage de la défaite spectaculaire du PLQ dans Louis-Hébert au profit de la Coalition avenir Québec de François Legault, tous les observateurs et commentateurs de l’actualité politique québécoise s’entendent pour convenir que le premier ministre Couillard n’a pas le choix et qu’il doit procéder à un remaniement en profondeur de son cabinet ministériel pour présenter une image de renouveau de son gouvernement.

Malheureusement pour le premier ministre, présenter une image rajeunie de son gouvernement ne sera pas une tâche aisée. D’abord, il compte sur une députation dont les membres sont en politique depuis longtemps. Plusieurs étaient là sous l’époque de Jean Charest et c’est difficile de faire du neuf avec du vieux. D’ailleurs, ce ne sont pas les ministres les plus expérimentés qui sont la cause des problèmes d’image du gouvernement. À preuve, les Jean-Marc Fournier et Pierre Moreau sont plus des solutions que des problèmes pour ce gouvernement. Certes, on ne s’attend pas à ce que monsieur Couillard rappelle les Pierre Paradis et Pierre Reid au cabinet. Néanmoins, certains visages de ce gouvernement ont plutôt mal vieilli à commencer par les jeunes ministres comme Gaétan Barrette qui est associé à de multiples décisions plus ou moins appréciées en matière de santé et de services sociaux.

Parmi les valeurs sûres de ce gouvernement, il y a les ministres Dominique Anglade, Sébastien Proulx, Martin Coiteux, Carlos Leitão et les vieux routiers Moreau, Fournier et St-Pierre. On n’a rien à redire de Pierre Arcand, ni de Kathleen Weill, Hélène David, Dominique Vien, Geoff Kelley et de l’étonnant Luc Fortin qui vient de se donner de la stature dans le dossier Netflix présenté et défendu par Mélanie Joly. Par contre, les ministres Heurtel, Lessard, Blais, d’Amour, Thériault, Boulet et Vallée n’ont rien cassé et ils doivent sentir le souffle du changement.

Quoi qu’il en soit, l’exercice de remanier un cabinet est l’un des plus difficiles pour un premier ministre et ce n’est pas de tout repos. Il faut tenir compte de la popularité des candidats dans le parti, de leur force d’attraction dans la population, de leur expérience, de leur origine géographique, de leur sexe et de leur âge. L’âge. Quel sujet!

Depuis un certain temps, on ne semble plus en avoir que pour les jeunes de moins de 40 ans au Québec comme si avoir 50 ans ou 60 ans était un crime de nos jours. Il arrive souvent que les sociétés vieillissantes comme la nôtre s’adonnent à la désagréable propension au « jeunisme ». Il faudrait être attentif à ce phénomène. Il ne faut pas tout mêler. Il y a de jeunes vieux tout comme il y a des vieux qui ne sont pas si âgés. L’important pour ne pas devenir vieux c’est de conserver sa capacité d’émerveillement intacte et surtout sa capacité d’adaptation.

Dans le cas du remaniement ministériel, la jeunesse ne peut faire foi de tout et surtout elle ne peut pas parvenir à faire oublier l’usure d’un gouvernement et d’un parti qui est là depuis 2003, à part une petite pause de 18 mois du gouvernement Marois. Monsieur Couillard veut présenter une image rajeunie de son gouvernement, la meilleure façon pour lui d’atteindre ce résultat serait qu’il quitte la vie politique. Lui aussi est là depuis 2003…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *