L’opinion des bleuets sur la politique canadienne

--

Date: 30 octobre 2017
Auteur: Daniel Nadeau

L’actualité de la semaine dernière a été dominée par les affaires Salvail et Rozon. C’est pourquoi la victoire éclatante des libéraux de Justin Trudeau dans Lac-Saint-Jean est un peu passée sous le radar. Pourtant, cette élection partielle vaut beaucoup mieux que des sondages pour connaître l’humeur des Québécoises et des Québécois à propos des affaires canadiennes et de leur gouvernement à Ottawa.

Le résultat des libéraux de Justin Trudeau est clair et sans équivoque. En remportant l’élection avec près de 40 % des voix, le parti libéral du Canada a démontré que sa relation avec les Québécois était basée sur du solide. Ce comté était conservateur. Il était détenu par l’ancien ministre conservateur, Denis Lebel. C’est une défaite claire pour le parti d’Andrew Scheer. C’est aussi un réveil brutal pour le NPD de Jagmeet Singh. L’effet Jack Layton est disparu. Ce n’est pas que les positions du NPD qui sont en cause, les convictions religieuses solidement affichées du nouveau chef peuvent rebuter l’électorat québécois surtout dans les régions où le nationalisme est ancré dans les mœurs. Quant au Bloc québécois, il peut toujours se réjouir d’avoir fait 24,4 % et d’avoir presque surpassé le candidat du Parti conservateur. Une sorte de victoire morale si l’on oublie que la ville d’Alma est dans le comté et que le candidat du Bloc avantageusement connu pouvait compter sur la machine électorale d’Alexandre Cloutier. Des questions sont à poser pour ce parti aussi.

Chose certaine, la souveraineté du Québec ne semble pas être à l’ordre du jour de l’électorat québécois et cela augure de bien mauvais jours pour le PQ de Jean-François Lisée en prévision des prochaines élections d’octobre 2018 au Québec.

Il n’y a pas de doute que les adversaires du gouvernement Trudeau ont mis beaucoup d’énergie pour l’empêcher de se sauver avec la victoire. La conjoncture politique était pourtant défavorable aux libéraux avec le bafouillage autour de la réforme fiscale du ministre Morneau et des inquiétudes nourries par les conservateurs à propos des affres de la légalisation du cannabis. Malgré d’excellents candidats, la présence des chefs de tous les partis, le Parti libéral du Canada et son chef Justin Trudeau ont fait la démonstration qu’ils étaient bien en selle et que les défaire à la prochaine élection ne sera pas une mince tâche. C’est du moins l’opinion que nous ont donnée les électeurs du Lac-Saint-Jean que l’on appelle affectueusement les bleuets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *