La toute-puissance de l’opinion publique

--

Date: 7 novembre 2017
Auteur: Daniel Nadeau

C’est un véritable coup de tonnerre qu’ont servi les électrices et les électeurs du Québec à plusieurs candidates et candidats aux élections municipales que nous venons de vivre. Cela est particulièrement vrai à Montréal où la population a montré la porte à Denis Coderre après qu’il ait accompli de l’excellent travail et remis Montréal sur ses rails. L’arrogance et une mauvaise campagne électorale l’auront mis K.-O.

Chez nous à Sherbrooke, la population a aussi choisi de croire à une nouvelle forme de renouveau en élisant de nombreuses nouvelles figures et en réélisant les candidats indépendants sortants. Il n’y a pas de doute que dans le vote de dimanche, il y a une forme de refus des partis politiques. Il est d’ailleurs étonnant que les professionnels de Segma n’aient pas noté cette tendance dans le sondage qu’ils ont mené pour le compte de La Tribune et Cogeco. Si les intentions de vote peuvent changer et être volatiles, il n’en est pas de même pour des questions de principe comme être en accord ou pas avec la présence de partis politiques sur la scène municipale. Quoi qu’il en soit, ce fait sème des doutes sur la qualité de l’échantillonnage de ce sondage et de son analyse.

Le plus important est cependant ailleurs. La population de Sherbrooke a choisi comme maire, Steve Lussier, qui s’est démarqué par sa méconnaissance des dossiers municipaux et par des solutions simplistes bien souvent. Chaque dossier complexe devenait une priorité et grâce à une espèce de baguette magique, on remédiera à la situation. Prenons l’exemple de Valoris, monsieur Lussier en parle comme si Sherbrooke était le seul preneur de décision dans cela. Pire encore, il fait fi de la crise nord-américaine de la valorisation des matières résiduelles notamment à cause du retrait de la Chine comme acheteur de ces matières à être valorisées. Monsieur Lussier comprendra rapidement que ce dossier est éminemment plus complexe que ce qu’il a pu nous en dire durant sa campagne. Qui plus est, il aurait intérêt à parler avec ses partenaires d’affaires de la MRC du Haut-Saint-François. Comme je l’écrivais hier sur ma page Facebook personnelle : « La semaine dernière, j’écrivais dans ma chronique d’EstriePlus que le maire sortant Bernard Sévigny méritait un troisième mandat et qu’il avait mené plutôt une bonne campagne. » La population a invalidé mon analyse. Je m’incline devant ce choix. Difficile de nos jours le métier d’analyste politique. Néanmoins, je persiste et signe dans les propos tenus à l’endroit du nouveau maire Lussier : « La campagne de monsieur Lussier semble manquer de profondeur et plusieurs de ses engagements comme celui concernant la création d’emplois à Sherbrooke apparaissent en porte à faux avec la réalité. C’est un candidat au discours populiste et aux solutions simplistes. Ce candidat ne connaît pas la politique municipale et cela transpire dans ses sorties publiques. » J’espère qu’il aura la sagesse de mieux s’informer des dossiers qu’il veut mettre de l’avant notamment quant aux statistiques sur l’emploi. J’étais un simple observateur dans cette campagne et j’ai été attaqué violemment par les supporters de Lussier. Cela n’est guère rassurant pour l’avenir prévisible…

Le lendemain, je n’ai pas changé d’idée sur le fond de ce commentaire. Je veux bien laisser la chance au coureur, mais je trouve que de vendre le Centre de foires et la place Nikitotec n’est pas des idées qui tiennent la route sauf dans une logique de « privatiser les profits et socialiser les pertes ». Le Centre de foire a été largement subventionné. Je doute que nous puissions le vendre sans pénalités de la part des gouvernements qui l’ont payé aux deux tiers.

Ce qui est rassurant c’est que le nouveau conseil a réélu de nombreuses personnes d’expérience et j’espère qu’elles sauront donner une vraie couleur à l’adjectif indépendant et s’opposer à des idées simplistes qui feront reculer notre ville plutôt que de la faire avancer notamment par le possible abandon de la stratégie de développement économique des filières-clés. C’est la grâce que je nous souhaite à tous. Sinon, il faudra appeler à la résistance citoyenne. La semaine prochaine, le 15 novembre, j’aurai l’occasion de fournir une analyse plus fouillée des résultats de ces élections dans ma chronique qui paraît les mercredis dans le journal EstriePlus.

 

Une réponse à La toute-puissance de l’opinion publique

  1. Denis vigneault dit :

    Je partage complètement ton opinion Daniel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *