Le retour de l’enfant prodigue

--

Date: 26 février 2018
Auteur: Daniel Nadeau

Jeudi dernier, l’ex-chef d’Option nationale, Jean-Martin Aussant, a annoncé son retour en politique sous la bannière du Parti québécois. Une heureuse nouvelle pour Jean-François Lisée et le PQ.

Certes, comme nous sommes au PQ, il y aura la tragi-comédie du choix du comté où se présentera éventuellement la future vedette économique du parti québécois et le nouveau ténor de la souveraineté. Cela a déjà commencé avec la déclaration de l’ancien chef, Bernard Landry, qui a donné son appui au candidat Maxime Laporte. Candidat qui est plus dans la mouvance jusqu’au-boutiste de la souveraineté du Québec, celle du Bloc québécois et de sa cheffe Martine Ouellet.

Dimanche dernier, une pétition d’une vingtaine de personnes a été communiquée aux médias, pétition promue par le vice-président régional du parti québécois. Nicole Léger, députée du PQ du comté de Pointe-aux-Trembles, qui a annoncé son retrait de la politique, a commenté toute l’affaire en se drapant dans la neutralité et en s’appuyant sur la date de la convention. Tout cela ressemble à une autre partie de bras de fer au parti québécois. Ce qui n’est pas de bon augure pour l’effet escompté du retour du fils spirituel de Jacques Parizeau, Jean-Martin Aussant.

Pourtant, l’idée derrière le retour de monsieur Aussant au PQ est de faire la démonstration à toutes les Québécoises et à tous les Québécois que le Parti québécois est encore capable d’avoir de l’attraction parmi les souverainistes et que sous le leadership avisé de leur chef actuel, Jean-François Lisée, et de sa cocheffe, Véronique Hivon, tout reste possible. La grande idée derrière toutes ces manœuvres politiciennes n’est-elle pas de faire la preuve hors de tout doute que le Parti québécois constitue encore la grande tente pour rassembler les citoyennes et les citoyens du Québec afin de construire un pays? Le message que lance la partie de bras de fer dans Pointe-aux-Trembles est l’inverse de ce dont le Parti québécois tente de nous convaincre.

Déjà, l’appétit du Québec pour sa souveraineté n’a jamais été aussi faible et ce n’est pas avec ce type de situation que le Parti québécois pourrait convaincre une majorité de Québécoises et de Québécois de la faisabilité de cette idée. Le Parti québécois est à la croisée des chemins. Ce parti générationnel de masse n’est plus l’ombre de ce qu’il a déjà été et chose certaine, il ne représente plus exclusivement la grande force progressiste du Québec. Ses amis de Québec solidaire ont la même prétention. Le retour du protégé de Jacques Parizeau est plutôt une bonne nouvelle pour le Parti québécois même si monsieur Aussant a eu un parcours plutôt sinueux en politique et qu’il n’a jamais rien fait de significatif sur la scène politique québécoise. Il représente le symbole de la pensée de Jacques Parizeau qui réintègre le giron du PQ. Cela risque de ne pas être suffisant pour faire bouger le baromètre de l’opinion publique surtout si les membres du Parti québécois s’évertuent à se tirer dans le pied…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *