La Coalition avenir Québec toujours au sommet

--

Date: 5 mars 2018
Auteur: Daniel Nadeau

Les derniers résultats du sondage Léger paru dans Le Journal de Montréal et le quotidien Le Devoir ont de quoi décourager les stratèges libéraux qui ne peuvent rien pour enrayer la descente aux enfers de leur parti dans les intentions de vote des Québécoises et des Québécois. Le Parti Québécois quant à lui, semble avoir arrêté l’hémorragie pour se stabiliser dans les intentions de vote dans le sillage de la mise en valeur de Véronique Hivon et de l’arrivée de Jean-Martin Aussant dans Pointe-aux-Trembles. Néanmoins, tout cela est bien fragile si l’on prend en compte la crise existentielle ayant cours chez le parti frère, le Bloc québécois, et la lutte fratricide qui s’annonce dans Pointe-Aux-Trembles entre messieurs Aussant et Laporte. Décidément, le camp souverainiste raffole des tragi-comédies et des tragédies grecques.

En attendant, les intentions de vote du sondage Léger donnent la CAQ en tête avec un résultat de 37 % des intentions de vote en baisse de deux points par rapport au sondage précédent. Le Parti libéral du Québec est en baisse de deux points lui aussi avec un résultat de 26 % alors que le PQ remonte de deux points pour se stabiliser à 22 %. Québec Solidaire demeure stable avec 9 % des intentions de vote.

Dans les régions, la CAQ domine avec 53 % des intentions de vote suivi du PLQ à 21 % et du PQ à 7 %. Ce qui est une débandade incroyable en régions pour le parti fondé par René Lévesque. À Québec, la CAQ domine là aussi avec 37 % des intentions de vote contre 24 % pour le PLQ et 11 % pour le PQ. C’est sur l’île de Montréal où nous avons la plus grande surprise alors que la CAQ devance le PLQ par des résultats de 31 % contre 27 %. Le PQ et Québec solidaire ferment la marche et sont presque nez à nez avec 10 %.

Le sondage Léger nous dit aussi que c’est François Legault qui est le chef le plus populaire auprès des Québécoises et des Québécois avec 27 % des gens qui trouvent qu’il ferait le meilleur premier ministre. Le premier ministre actuel, Philippe Couillard, ne trouve que 15 % des gens qui se disent prêts à le reconduire dans ses fonctions, juste un point de plus que le supposé mal-aimé Jean-François Lisée au PQ qui est le choix de 14 % de la population. Les porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé ne sont considérés que par 6 % de la population pour le poste de premier ou première ministre.

Le sondage Léger nous apprend aussi que la population du Québec a un grand appétit de changement de gouvernement avec 70 % de la population qui le souhaite. Enfin, la population est insatisfaite du gouvernement actuel dans une proportion de 71 % et croit que c’est la CAQ qui formera le prochain gouvernement.

L’analyse sommaire de ce sondage d’opinion s’inscrit dans une tendance globale notée depuis des mois et qui indique que la CAQ monte, le PLQ descend et que la population ne croit pas que le PQ et QS sont des alternatives valables pour remplacer le gouvernement libéral de Philippe Couillard. Les fenêtres d’opportunités commencent à se faire rares pour les stratèges libéraux s’ils veulent réussir à faire réélire l’actuel gouvernement. Il ne reste plus que le budget de mars pour tenter d’endiguer la vague qui semble s’installer à demeure. Il est vrai qu’en politique six mois c’est une éternité et qu’il serait hasardeux de prévoir aujourd’hui une victoire de la CAQ aux prochaines élections. Tout peut encore bouger. Néanmoins, le parti de François Legault qui est ces jours-ci tout seul sur sa montagne à toutes les raisons de se réjouir. S’il parvient à présenter un programme politique solide et une équipe crédible, il y a beaucoup de chances pour que le prochain scrutin électoral marque l’histoire en élisant pour la première fois depuis 1976 une formation politique au gouvernement qui n’a jamais été au pouvoir depuis l’élection du gouvernement du Parti québécois de René Lévesque en 1976.

Ces résultats s’ils doivent réjouir François Legault doivent surtout lui faire sentir qu’il est désormais investi d’une grande responsabilité : celle d’être à la tête de la seule nation francophone en Amérique du Nord et il se doit d’être le défenseur de notre caractère distinct, de notre culture et de notre pérennité. Le Québec a besoin de renouveau. François Legault saura-t-il l’incarner et surtout réussir à faire avancer le Québec dans le 21e siècle? C’est ce que nous verrons dans les prochains mois…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *