Le budget de l’année électorale

--

Date: 28 mars 2018
Auteur: Daniel Nadeau

Bien malin qui pourrait critiquer avec force le budget déposé hier par le ministre libéral, Carlos Leitão. Le cinquième budget du ministre Leitão est de loin le plus populaire qu’il aura eu le loisir de présenter à la population du Québec. Après avoir été porteur de mauvaise nouvelle à de nombreuses occasions, le ministre des Finances a revêtu son costume de bonhomme rouge pour distribuer de nombreux cadeaux à tous les groupes de la population. Les environnementalistes peuvent être heureux des investissements dans le transport collectif, les PME québécoises paieront 50 % moins d’impôt, le secteur de la santé et celui de l’éducation enregistrent des hausses de dépenses de 5 % et de 4,6 %. Il y aura de l’argent pour embaucher des infirmières et de nouveaux professionnels pour assister les professeurs. Reste à les trouver, à les recruter et à trouver des façons pour les retenir.

Il y a aussi les familles qui se réjouiront de la hausse du crédit d’impôt pour les garderies, la déduction de 750 $ pour l’achat d’une première maison, les mesures pour les aînés afin de les garder à la maison comme les ressources supplémentaires pour les aidants naturels. Le marché de l’emploi avec les crédits d’impôt à la hausse pour les gens de plus de 61 ans et les sommes consacrées à mieux équiper les entreprises devant la pénurie de la main-d’œuvre ne sera pas en reste non plus. Même les représentants étudiants se sont dits satisfaits du budget de monsieur Leitão.

Bref, un budget qui rallie tout le monde autour de l’accroissement des dépenses, le réinvestissement dans les services publics, le contrôle de la dette, la diminution du fardeau fiscal par le biais de la baisse des taxes scolaires et des investissements significatifs dans des projets majeurs de transport collectif et des programmes d’aide aux entreprises pour prendre le virage de l’économie numérique. On ne pouvait imaginer un meilleur budget pour se rallier le plus largement la faveur des électeurs en prévision de la prochaine élection.

Tous les discours de budget sont des opérations de relations publiques. Le présent exercice n’est pas différent des autres. C’est une opération particulièrement réussie et le gouvernement libéral peut se féliciter de cette dernière grande opération charme auprès des électeurs. Les partis d’opposition auront fort à faire pour critiquer ce budget sans heurter des clientèles électorales précieuses pour eux.

Ce budget est aussi très habile parce qu’il a vidé la caisse. Il obligera ainsi les partis politiques adverses à dire quelles mesures libérales ils laisseront tomber pour en proposer de nouvelles de leur cru. Belle campagne électorale en perspective. Les libéraux sont devant de violents vents de face pour la quête de leur réélection. Néanmoins, il serait hasardeux de compter le Parti libéral du Québec comme battu avant cette campagne qui sera l’une des plus importantes au Québec depuis 1976. La campagne 2018 vient d’être lancée hier à l’Assemblée nationale par le ministre des Finances Carlos Leitão…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *