Trump se fait de nouveaux amis coréens

--

Date: 13 juin 2018
Auteur: Daniel Nadeau

La vie publique offre des surprises et l’actualité nous présente souvent des faits qui sont paradoxaux. Il en va ainsi du sommet historique de Donald Trump avec le dictateur de la Corée du Nord, Kim Jong-un. Le président américain y est apparu comme un personnage débonnaire, avenant et surtout comme un ami aux côtés du leader de la Corée du Nord, pays qui pourtant opprime sa population et tue ses opposants. On peut se réjouir de la signature d’une entente concernant la dénucléarisation de la Corée du Nord. Mais pas trop vite. Il faudra voir dans les prochains jours et les prochains mois si ce spectacle était un vrai début de quelque chose ou simplement une opération de relations publiques favorables à la Corée du Nord et à son dictateur Kim Jong-un.

N’empêche que nous serions autorisés à en douter. Nous voilà devant un leader politique communiste instable et un pays, la Corée du Nord, qui s’est distingué dans le passé par sa propension à ne pas respecter les engagements pris sur le même sujet avec d’autres présidents américains, prédécesseurs de l’actuel président Trump. Devant lui, Donald Trump, un être imprévisible à l’égo démesuré, qui fait du déni de réalité au profit de sa propre vérité. Celui-là même qui vient de saboter le dernier sommet de ses alliés traditionnels du G7 sous de fallacieux prétextes et en insultant l’un de ses plus fidèles alliés et partenaires économiques : le premier ministre du Canada, Justin Trudeau. Sommes-nous en terrain de confiance? Pouvons-nous croire raisonnablement à la parole de ces hommes qui jouent avec l’avenir de l’humanité en oscillant leurs hochets nucléaires. Ce n’est guère rassurant pour l’avenir.

S’il est vrai que nous pouvons nous réjouir de voir Kim Jong-un s’asseoir à une table pour discuter de dénucléarisation de son pays plutôt que de lancer des bombes au-dessus de nos têtes, nous pouvons néanmoins demeurer sceptiques devant l’événement. Par ailleurs, le président Trump qui aime bien faire cavalier seul n’aura pas la tâche facile pour convaincre ses anciens alliés, selon ses dires, de lui apporter leur collaboration dans ce dossier qui lui tient à cœur.

En politique comme en affaire, de bonnes relations sont essentielles à la réalisation de grandes choses. La piètre qualité des relations des États-Unis d’Amérique avec ses principaux partenaires économiques et politiques constitue un obstacle sérieux à la réalisation des rêves du président Donald Trump. Comme l’a dit l’un de ses conseillers sur les ondes de Fox News, on se reverra tous en enfer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *