Le débat sur le débat : Legault en sort gagnant!

--

Date: 14 septembre 2018
Auteur: Daniel Nadeau

Le grand gagnant du débat d’hier soir, comme le disait quelqu’un sur les réseaux sociaux, c’est l’Ontario. Tout au long de ce débat, on n’a pas eu de cesse de se comparer à l’Ontario. Sur une note plus sérieuse, le débat d’hier n’aura pas permis à l’un des protagonistes de se sauver avec le ballon pour marquer un touché. De manière générale, chaque chef est resté dans ses lignes usuelles que nous entendons tous les jours depuis les six derniers mois. Même pour les fanatiques de la politique, le débat aura été plutôt ennuyeux. Il sera donc surprenant que sa tenue fasse bouger l’aiguille des intentions de vote. D’autant plus que nous avions droit hier à une magnifique soirée d’été à Montréal et dans plusieurs régions du Québec. Ce qui risque d’avoir une influence sur les cotes d’écoute.

S’il faut chercher à départager les bons coups et les mauvais coups des uns et des autres, il faut reconnaître que Manon Massé est apparue solide et son attitude non verbale a démontré qu’elle s’ennuyait parfois avec ces représentants de la vieille politique. Elle a parlé moins que les autres, cinq minutes environ, mais elle a tout de même marqué des points notamment sur les traités de libre-échange où elle revendiquait la souveraineté du peuple face aux États étrangers et aux entreprises. Elle a aussi bien fait bonne figure quand elle a parlé des gens réduits au salaire minimum. Une excellente performance qui nous a donné du Manon Massé authentique.

Monsieur Lisée a, pour sa part, été égal à lui-même. Il a été bon et pertinent. Il connaissait ses dossiers sur le bout de ses doigts. Il a bien traduit les politiques qu’il propose à la population durant la présente élection générale. Il a eu la fâcheuse tendance d’interrompre souvent les autres et de parler par-dessus eux. Une bonne performance, mais il n’a pas réussi, contrairement à ce qu’il avait prétendu, à se sauver avec le point du match.

Philippe Couillard a été le plus malmené de tous les participants à ce débat. Il a dû défendre le bilan de son gouvernement et cela n’a pas été facile. L’austérité des premières années de ce gouvernement n’est pas facile à oublier, car les conséquences ont été terribles pour une large part de la population. Le premier ministre s’est un peu animé lorsqu’il a été question d’immigration, mais sa réponse quant au maintien de son candidat dans Taillon qui a déclaré que la CAQ fera un nettoyage de l’immigration a donné un dur coup à la crédibilité de son propos quant à une campagne électorale d’idées et dénuées d’attaques personnelles.

Francois Legault était celui qui avait le plus à perdre. On peut dire qu’il a tenu le coup. Il a offert une performance à l’image de sa campagne : prudente et déterminée. Comme François Legault est en avance au début de ce débat et que nous croyons que ce débat ne changera rien aux intentions de vote, on peut affirmer que François Legault est le gagnant de ce débat.

Nous savons que ce débat n’est que le premier de trois. On peut penser que c’était une bonne période d’entraînement pour celui qui aura lieu la semaine prochaine sur le réseau TVA. Bref, un débat un peu terne qui a permis à François Legault de consolider sa position de prétendant au poste de premier ministre. Il a passé son examen avec brio.

Une réponse à Le débat sur le débat : Legault en sort gagnant!

  1. Jacques Beauséjour dit :

    Concernant la question d’identité et la langue je privilégie la position de la CAQ. Pourquoi ? Voici mon exemple…
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
    Il y a quelques années ma conjointe et moi nous avons accompagné un couple croate pour les aider à comprendre des réponses à questions concernant le Canada pour être accepté citoyen canadien. Il y avait eu une rencontre et des questions déjà formulées et les personnes devaient répondre adéquatement sans quoi elles retournaient chez-elle, dans leur municipalité, pour mieux apprendre les réponses à donner aux questions.

    Les futurs citoyens ont les questions et ils ont les réponses à apprendre. Quelques questions seront posées à l’occasion d’une rencontre où se trouvent plusieurs personnes demandant la citoyenneté canadienne. Ma conjointe et moi nous avons aidé le couple de croate pour leur faire découvrir les bonnes réponses aux questions. Les gens ne seraient pas retournés dans leur pays à un échec d’une première rencontre car ils peuvent revenir à une ou plusieurs rencontres subséquentes pour un autre questionnaire. Le couple de croates avaient réussi l’examen à une première rencontre et ce « petit examen » leur ont donné le goût d’en savoir plus sur le Canada. En plus des cours de francisation notre présence et nos conversations leur ont permis de passer du DOBRO JUTRO au bonjour, DOBAR DAN à bonne journée, DOBRA VEčER au bon soir.

    Pourquoi, avant d’accepté des immigrants, le Québec ne pourrait-il pas demander aux futurs citoyens du Québec de répondre à des questions concernant sa province ? S’il ne réussit pas à une première fois il pourra retourner chez-lui dans la résidence de sa municipalité pour mieux apprendre les réponses à donner aux questions formulées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *