Les derniers rendez-vous des chefs avec l’opinion publique

--

Date: 20 septembre 2018
Auteur: Daniel Nadeau

Ce soir sur les ondes de LCN – TVA, nous aurons droit au dernier face à face des différents leaders des partis politiques présents à l’Assemblée nationale qui rivalisent d’efforts pour obtenir la confiance de la population. Les Philippe Couillard, Manon Massé, François Legault et Jean-François Lisée seront gonflés à bloc pour ce dernier grand rendez-vous de la présente campagne électorale. N’oublions pas la première émission de Tout le monde en parle dimanche soir qui sera aussi une dernière occasion pour les chefs pour faire une bonne impression auprès des électeurs.

Cela sera d’autant plus important ces deux rendez-vous à la lumière de la publication il y a quelques jours du dernier sondage de Léger. On y apprend que le PLQ est mathématiquement égal avec la CAQ même si la formation politique de François Legault conserve une confortable avance chez les francophones. Ce qui peut se traduire par la conviction que nous sommes en zone de gouvernement minoritaire et que celui-ci pourrait être dirigé par le PLQ, la CAQ ou même le PQ. Seul Québec Solidaire peut être exclu à ce stade-ci de la discussion de la possibilité de former un gouvernement.

Rien n’est joué dans cette campagne. La question de l’immigration et de l’identité aura miné la campagne de François Legault et de la Coalition Avenir Québec. Cherchant à rejoindre sa clientèle francophone qui est partagée à moitié sur la question de la réduction des seuils d’immigration, François Legault a négligé l’importance de la mécanique de cette politique phare de la CAQ. Dans le dossier des maternelles quatre ans, la mécanique de la politique fait aussi défaut même si l’on peut partager l’orientation fondamentale de cette dernière, suivant en cela l’opinion du professeur Égide Royer de l’Université Laval. Je souhaite que François Legault retrouve ses repères et qu’il parle comme il sait bien le faire à la population et qu’il rappelle que sa formation politique veut aider à redonner au Québec le gout de réussir et réparer les dommages qu’a faits le gouvernement Couillard à nos enfants et à nos aînés par sa politique d’austérité.

Pour sa part, Philippe Couillard s’est déguisé en Mesmer de la politique en nous faisant oublier les quinze dernières années de gouvernance libérale, à part la petite exception de 18 mois du gouvernement Marois. Le gouvernement libéral n’a pas tout faux. Il a respecté plus de 80 % de ses engagements de sa campagne de 2014. Il a cependant failli dans la compassion, la défense de la nation québécoise et surtout devant sa complaisance devant les riches et les puissants qui règnent en cette ère néo-libérale. Manifestement, le gouvernement de Philippe Couillard ne mérite pas le renouvellement de notre confiance.

Le PQ s’est renouvelé sous le leadership de Jean François Lisée. Il a fait le ménage de ses interminables débats sur l’article 1 de son programme et propose une vision résolument progressiste de l’avenir du Québec tout en disant ouvertement vouloir préparer le Québec à sa pleine autonomie par une élection sur la souveraineté en 2022.

Tous le disent, Manon Massé et Québec Solidaire mènent une campagne efficace. Ils sont les politiciens à visages humains de cette campagne. Chez eux, la compassion est abondante. Il devrait en donner aux libéraux. Néanmoins, cette campagne ne dit pas tout. Derrière les engagements populaires des solidaires, il y a une conviction profonde qu’il faut rompre avec l’économie libérale et nationaliser de grands pans de l’économie. Je doute que cette vision soit partagée par une majorité de Québécoises et de Québécois.

Il m’apparaît qu’en ce jour de face à face à TVA, il importe que le vrai François Legault se lève et parle au Québec avec son cœur et sa raison. Il doit nous transmettre son ambition pour notre devenir économique, son dépit envers les politiques du gouvernement Couillard qui face à tous les problèmes avait une solution : taxer les Québécois. Il doit aussi redire qu’il se portera à la défense des intérêts de la nation québécoise, de sa langue, de ses institutions et de sa place dans la fédération canadienne. Défendre les intérêts du Québec c’est la devise de François Legault, il devrait nous le rappeler avec émotions et convictions ce soir. Demain, nous commenterons ce débat pour finir la semaine. Puis, ce sera le vote par anticipation…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *