Tout Le Monde En Parle (TLMEP) de politique…

--

Date: 24 septembre 2018
Auteur: Daniel Nadeau

C’est sans surprise aucune que nous avons pu entendre Guy A. Lepage reprendre les principaux thèmes déjà abordés par les différents chefs des principaux partis lors de la première émission de la quinzième saison de Tout le monde en parle. Environnement, Éducation, Santé, Économie, Immigration et sujets variés touchant les faux pas des différents chefs ont été abordés sans complaisance.

La formule de l’émission, l’absence de journalistes et de la rigueur qui accompagnent ce type d’entrevues a favorisé une certaine légèreté de ces différentes entrevues. Il est vrai cependant que plusieurs apprécieront cette formule où tous les chefs sont présents, mais ne débattent pas ensemble. Ils sont témoins des propos des autres qui les concernent, mais, à l’exception de Jean-François Lisée qui est toujours aussi hyperactif, aucun chef n’a interrompu les autres durant cette quasi-heure d’entrevue.

On a senti une certaine tension entre les candidats présents, mais le tout s’est quand même déroulé dans un contexte plutôt bon enfant. Il faut saluer que les choix éditoriaux de Guy A. Lepage dans ses questions qui tuent par exemple étaient plutôt équitables pour chacun des candidats même s’il apparaît plutôt discutable que le caractère réaliste ou non du cadre budgétaire de Québec solidaire n’a pas été abordé. Aussi, il aurait été avantageux pour madame Manon Massé qu’elle puisse expliquer aux Québécoises et aux Québécois le fonctionnement interne de sa formation politique. Non pas pour donner de l’oxygène aux accusations surprenantes du chef du PQ, Jean-François Lisée à ce sujet, mais plutôt pour faire le point pour favoriser une meilleure compréhension. Par exemple, est-ce que chez Québec solidaire on pratique le « centralisme démocratique »? Le droit à la dissidence est-il permis? Peut-on y faire naître comme chez la Ligue Ouvrière Révolutionnaire (LOR) du temps (tendance trotskyste présente au sein du Comité de coordination) des courants de dissidence?

Par ailleurs, on a pu remarquer que de tous les candidats, seul François Legault, n’a pas joué le jeu de la lecture des cartes de Dany Turcotte. C’est vrai. Je crois cependant que si François Legault avait lu à l’écran un texte disant que le meilleur premier ministre serait Philippe Couillard, cela aurait été utilisé en boucle sur les réseaux sociaux dans des montages malveillants. François Legault ne pouvait jouer le jeu. Nous sommes loin d’une tentative de ne pas jouer le jeu. C’est le jeu qui était truqué.

Globalement, l’émission de Tout le monde en parle aura permis à la population d’avoir un bon résumé des principales positions des différents partis politiques en présence. Le format léger va permettre de rejoindre une clientèle différente de celle qui suit habituellement la politique. Nous étions dans l’infodivertissement, nous avons eu droit à de la politique de divertissement même si ce divertissement ressemblait à la campagne électorale en cours. Bien des gens auront apprécié le format de non-confrontation qui a été si décrié dans les formules de débat traditionnelles. À cet égard, une fois encore Guy A. Lepage et son équipe auront prouvé leur utilité dans notre univers médiatique en dépit du fait que cette émission est de l’infodivertissement et non pas une émission d’information à proprement dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *