François Legault, chef d’État

--

Date: 3 octobre 2018
Auteur: Daniel Nadeau

 Au lendemain d’une victoire décisive et inattendue des sondeurs, c’est un François Legault chef d’État que nous avons vu apparaître sur nos écrans de télévision. Dans sa première conférence de presse de premier ministre désigné, François Legault s’est présenté aux Québécoises et aux Québécois comme un rassembleur.

Le nouveau premier ministre désigné a rappelé trois priorités qui seront celles d’un premier gouvernement de la Coalition avenir Québec : l’économie, l’éducation et la santé. Il a aussi rappelé que son gouvernement respecterait tous les engagements pris à l’occasion de la dernière campagne électorale. Notamment, il a réitéré son engagement à changer le mode de scrutin uninominal à un tour pour un mode de scrutin proportionnel mixte. Un projet de loi sera déposé durant la première année de son gouvernement.

François Legault a passé le test haut la main de nouveau premier ministre. Il est apparu comme rassembleur, modéré dans ses propos et surtout comme un chef d’État qui voulait gouverner pour tous les Québécois. Cela tranchait avec le style plus combatif que nous avait habitué le chef de la CAQ ces dernières semaines, campagne électorale oblige.

Au cours des prochains jours, François Legault aura à faire ses premiers pas sur la scène internationale en participant au sommet de la francophonie en Arménie. Il aura alors l’occasion de rectifier les premières manchettes parues sur le Québec depuis son élection où l’on a présenté la victoire comme celle d’un parti anti-immigration s’inscrivant dans la foulée des mouvements similaires en Europe. Le Québec n’a rien à voir avec ces pays et ces politiques d’extrême droit. François Legault devra rectifier ces perceptions et faire comprendre à Marine Le Pen que le Québec n’est pas dans son camp. Par ailleurs, ce sera aussi sa première rencontre informelle avec Justin Trudeau. Des moments importants et déterminants pour la suite des choses.

Outre ces défis particuliers, François Legault devra aussi penser à la formation de son conseil des ministres. Il a l’embarras du choix, mais aussi des arbitrages difficiles à faire quant à la présence des femmes, des régions et de l’équilibre entre les diverses tendances présentes dans sa coalition qui lui ont permis de gagner l’élection. Entre un Youri Chassin et une Marguerite Blais, il y a un monde de différences.

Hier, François Legault a fait bonne impression dans sa première prestation de chef d’État. La première impression est importante. Il ne l’a pas manqué. Le pragmatisme de François Legault demeure sa principale force pour que le Québec vive un changement à la hauteur de ses attentes quant à la politique. Premier test réussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *