Rappelons-nous Lise Payette

--

Date: 23 octobre 2018
Auteur: Daniel Nadeau

Samedi dernier, un hommage laïque a été offert à la mémoire de madame Lise Payette. Une femme gigantesque dans l’histoire du Québec qui a eu, comme le peuple québécois, un destin et une action parsemés de teintes contrastées. Loin de moi l’idée de vouloir offenser sa mémoire, ni amoindrir l’hommage qu’on lui doit toutes et tous, mais il faut rappeler que certaines de ses chroniques et de ses prises de position en fin de parcours ont été moins heureuses.

Lise Payette a tour à tour été, journaliste, animatrice et écrivaine, mais également femme politique et figure marquante du féminisme québécois. Elle est décédée à l’âge de 87 ans. Au lendemain de son décès, Le Devoir rappelait qu’elle fut une « touche-à-tout, personnage parfois controversé, mais très apprécié du grand public, Lise Payette était une femme de convictions, qui a su tout au long de sa vie utiliser ses talents exceptionnels de communicatrice pour faire avancer les causes auxquelles elle croyait. »

Les deux causes principales de sa vie auront été la libération des femmes et la souveraineté du Québec. S’il faut convenir que des progrès incontestables ont été enregistrés dans son premier combat, il n’en fut pas de même pour celui de la souveraineté du Québec qui a enregistré pour sa part un recul important. Le résultat de la dernière élection générale au Québec en témoigne éloquemment. De même, la désaffection des plus jeunes générations envers cette cause est un sujet à méditer pour celles et ceux qui au même titre que Lise Payette voient le destin du Québec comme un pays membre du concert des nations.

Quant à la cause des femmes, jamais Lise Payette n’a baissé les bras. Son écriture téléromanesque pour la télévision en témoigne abondamment. Au point où sa représentation des hommes a fait d’eux des personnages faibles, vils et manipulateurs. Rappelons-nous l’archétype du mari infidèle et menteur de Jean-Paul Belleau joué avec talent par le comédien Gilbert Sicotte.

Si nous devons faire figurer Lise Payette au Panthéon des grandes figures de l’opinion publique québécoise, il n’en demeure pas moins que cette place immense qu’elle occupera dans nos mémoires ne pourra faire oublier totalement l’épisode des Yvette, où elle s’est servie de Madeleine Ryan pour illustrer son propos des femmes soumises; sa défense incompréhensible de son ami Claude Jutras dans un moment inapproprié et surtout son intervention mal avisée dans l’affaire Michel Venne où elle voulait que la victime taise son agression sexuelle.

Lise Payette aurait été une femme d’audace et de multiples talents. Elle aura joué un rôle important dans la prise de conscience des femmes et des hommes sur l’importance de l’égalité entre les sexes. Lise Payette marquera l’histoire pour son écriture télévisuelle et pour son dévouement à la cause des femmes. Comme tous les humains, elle n’a pas été parfaite, mais qui demande cela de nos jours à nos personnages historiques à l’exception des exigences que nous faisons aux femmes. Rappeler que Lise Payette ne fut pas parfaite n’est pas pour moi une façon de relativiser l’hommage que nous lui devons. Loin de là. C’est plutôt une façon de rendre justice à une femme qui, plus que toutes les autres, voulait vivre une relation de pleine égalité avec les hommes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *