La victoire du maître, Trump gagne son pari!

--

Date: 8 novembre 2018
Auteur: Daniel Nadeau

Le résultat des élections américaines de mardi dernier est éloquent. Donald Trump, celui que nous qualifions de maître de l’opinion, a gagné son pari. Il a évité la perte des deux chambres. Bien sûr, il a perdu la majorité à la Chambre des représentants, mais du même coup il a renforcé la position des républicains au Sénat. Chambre qui contrôle les nominations à la Cour Suprême et qui peut voter les procédures d’impeachment. C’est pourquoi nous affirmons que Donald Trump, le président le plus anticonformiste de l’histoire américaine a gagné son pari.

Il est clair que la politique américaine et la nation américaine n’ont jamais été aussi divisées. Malgré les discours racistes, malgré les comportements inacceptables et en dépit de l’irrespect de ce président envers les institutions américaines, Trump gagne. Les bonnes consciences, les experts de la politique n’ont qu’à aller se rhabiller. Celui qui a le plus réussi à mettre en mouvement le mantra, faire de la politique autrement, c’est le mal aimé Donald Trump.

Certes, la perte de la Chambre des représentants causera bien des ennuis dans les prochains mois au président Trump. Il ne faut pas cependant le compter pour battu. Il vient d’ajouter une corde à son arc. En plus des ennemis du peuple que sont les médias, il pourra dorénavant ajouter la Chambre des représentants de Nancy Pélosi. Il n’y aura pas que les médias qui seront les ennemis du peuple américain, mais aussi désormais la Chambre des représentants dominée par les démocrates. Ceux-là mêmes qui sont complices avec les pires criminels et qui veulent la faillite du pays.

La réalité politique actuelle de notre voisin du Sud pourrait faire l’objet d’une satire politique et dans ce cas, on trouverait cela osé. Il y a de quoi décourager les bonnes âmes surtout les plus croyantes. Les fois vacillent sous le trumpisme.

Celles et ceux qui pouvaient croire que la perte de la Chambre amènerait le président Trump à filer doux comme on dit chez nous ont tout faux. Hier, il a largué son ministre de la justice, Jeff Sessions, pour complaisance envers les enquêtes de son ministère sur la famille Trump. Puis, il a tenu une conférence de presse surréaliste où il a été abject envers le journaliste de CNN et d’une journaliste du réseau public PBS, l’accusant de poser des questions racistes.

L’homme qu’est le président Trump ne changera pas. Cela est une certitude. Tout comme il est aussi certain que ce qui change c’est le parti républicain qui est plus trumpisme que jamais. On a compris aussi par les propos tenus par Donald Trump hier que désormais la loyauté envers sa personne était une condition de survie si l’on est républicain.

L’Amérique selon Donald Trump est à écrire les prochains chapitres de son histoire. Reste à voir si ce grand pays y survivra et dans quel état il sera à la fin de son parcours…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *