Le gouvernement nouveau

--

Date: 29 novembre 2018
Auteur: Daniel Nadeau

C’était la semaine dernière que la région du Beaujolais célébrait le Beaujolais nouveau. Chez nous au Québec, c’est un gouvernement nouveau qui s’est annoncé hier. Le premier ministre du Québec, François Legault, a livré hier son discours d’ouverture de la 42e législature. Le premier ministre Legault qui a vu son parti, la CAQ, remporter une éclatante victoire le 1er octobre dernier.

Hier, François Legault a livré un vibrant plaidoyer pour un Québec nationaliste, fier et audacieux, qui ne recule devant aucun défi. Son discours a jeté les bases d’une nouvelle réalité politique pour le Québec, alors que le nouveau gouvernement a réussi à mettre fin à près d’un demi-siècle de bipartisme.

François Legault a affirmé « que le nouveau gouvernement qu’il dirige “prône un nationalisme rassembleur, dont l’objectif premier est d’assurer le développement économique du Québec à l’intérieur du Canada, tout en défendant avec fierté son autonomie, sa langue, ses valeurs et sa culture. Dans les domaines de notre compétence, nous sommes maîtres chez nous.” »

Les commentateurs n’ont pas tardé à faire le procès de ce discours d’ouverture du nouveau gouvernement. Ce qui permet de noter qu’il n’y aura pas de lune de miel accordé par la presse parlementaire à ce gouvernement. Déjà, les médias montent en épingle depuis plusieurs semaines l’inexpérience de plusieurs membres du gouvernement et cherchent la bête dans tous les gestes et toutes les actions de ce nouveau gouvernement. Il semble que ce sont là les nouvelles règles du jeu de la politique québécoise contemporaine.

Quoi qu’il en soit, pour monsieur et madame tout le monde, le discours d’ouverture de François Legault confirme que c’est bien un nouveau gouvernement avec de nouvelles orientations. Les choix que fera le gouvernement seront bien sûr contestés et décriés par les uns et les autres. Néanmoins, tous doivent reconnaître qu’il y a un changement de ton à Québec et cela est rafraîchissant. Le cynisme est toujours aussi présent, mais monsieur Legault veut contrer ce négativisme ancré dans notre paysage politique depuis plusieurs années pour redonner le goût au Québec d’être fier de sa classe politique. Redonner de la fierté aux gens et chercher à mettre en valeur ce que nous avons de meilleur à offrir. Cela m’apparaît nettement mieux que de se plonger dans le défaitisme et la morosité.

Le Québec a huit millions de raisons d’être fier de ce qu’il est. C’est en mobilisant nos forces et nos énergies vers des actions positives que nous changerons le monde pour le mieux et pour nos héritiers. Bien sûr, pesteront certains, le gouvernement Legault est fédéraliste, mais son nationalisme d’affirmation semble être en harmonie avec son époque. Je me réjouis de l’arrivée d’un nouveau gouvernement avec un ton différent et des projets orientés vers la création de la richesse et surtout vers nos enfants par la priorisation de l’éducation.

La route pour ce nouveau gouvernement ne sera pas dénuée d’obstacles et nous vivrons d’âpres débats notamment sur la laïcité et le port des signes religieux et sur nombre d’autres sujets. L’unanimité n’est pas possible dans une société comme la nôtre et c’est bien ainsi. Même la recherche de courant majoritaire n’est pas aisée dans une société aussi morcelée que la nôtre à une époque où triomphe l’individualisme et où le « nous collectif » a bien peu de place. Pourtant, seuls nous ne pouvons rien. Rien de mieux que la cohésion et le dialogue démocratique pour arriver à faire avancer les choses.

J’ai confiance qu’avec le nouveau gouvernement et François Legault nous pourrons peut-être faire des pas significatifs vers l’avant. Ce qui sera un grand changement. Tant mieux, car le Québec a voté pour le changement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *