Faites vos jeux !

--

Date: 14 février 2019
Auteur: Daniel Nadeau

Une vieille expression du jeu de hasard de la roulette semble convenir pour décrire l’actuel suspense lié à la décision de la Ville de Sherbrooke de se porter candidate pour présenter les Jeux de la Francophonie en lieu et place du Nouveau-Brunswick qui a décidé de se retirer de ces jeux.

J’ai écrit sur ce sujet la semaine dernière. Aujourd’hui, la situation est plus claire. Nous avons une idée des coûts de la tenue de ces jeux. Les chiffres qui ont circulé s’évaluent à 84 millions de dollars, le coût estimé pour la tenue de ces jeux. Il faut dire que les coûts gonflent considérablement avec les budgets liés à la sécurité et à la télédiffusion. D’autres chiffres estiment cela à plus de 130 millions de dollars.

L’investissement annoncé de la Ville de Sherbrooke de 5,5 millions de dollars est plutôt modeste. D’autant plus qu’une partie de cette somme était déjà budgétée pour la réfection de la piste de l’Université. Il est clair que dans ce conteste les gouvernements du Québec et du Canada devront sortir leur chéquier. Si l’on prend comme budget le chiffre de 84 millions de dollars et que l’on y soustrait la contribution annoncée de Québec de 17 millions de dollars et celle de la Ville de Sherbrooke de 5,5 millions de dollars, nous arrivons au chiffre de 22,5 millions de dollars, il reste donc un solde de 61,5 millions de dollars. Le gouvernement du Canada par la voix de sa ministre régionale, Marie-Claude Bibeau, a fait savoir qu’il s’engageait à payer 50 % de la somme totale soit 42 millions de dollars. Si nous comptons bien, 42 millions + 22,5 millions de dollars, cela donne 64,5 millions de dollars soit un manque à gagner de 19,5 millions de dollars. Rien ne va plus !

Il reste deux hypothèses pour que la Ville de Sherbrooke puisse présenter ces jeux. La première c’est que le comité organisateur diminue ses exigences et baisse le budget à 65 millions de dollars ou que l’une des parties augmente sa contribution. Il est peu probable que la Ville de Sherbrooke hausse sa contribution. Le gouvernement du Québec à de la marge, mais est-ce la priorité du gouvernement Legault ? Le gouvernement du Canada peut difficilement augmenter sa contribution à plus de 50 %. Il reste des revenus autonomes. Le marché des commandites étant ce qu’il est, il est irréaliste dans moins de trois ans de trouver plus que 500 000 $ en commandites au Québec pour ce genre d’événement d’autant plus que la SAQ et Hydro-Québec ont réorienté ce type de contribution vers des dossiers liés plus étroitement à leur mission.

Mesdames et messieurs de la Francophonie, faites vos jeux, rien ne va plus pour Sherbrooke !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *