Feu la vague orange : pas si certain…

--

Date: 13 mars 2019
Auteur: Daniel Nadeau

Il y a branle-bas dans toutes les formations politiques fédérales présentes au Québec. Nous le savons il y aura des élections cet automne et le Québec sera un important lieu dans l’échiquier politique canadien.

Nous avons déjà amplement discuté du positionnement des libéraux de Justin Trudeau qui avec les retombées de l’affaire SNC-Lavalin au Canada, tout particulièrement en Ontario, auront fort à faire pour gagner de nouveaux sièges au Québec afin de compenser les pertes qu’ils encaisseront dans les provinces maritimes et en Ontario. Les conservateurs d’Andrew Scheer ont bien tenté de se positionner avantageusement au Québec en se disant ouverts aux demandes du nouveau gouvernement du Québec de François Legault, mais leur positionnement sur les pipelines et surtout leur maladresse dans le dossier SNC-Lavalin risque de leur faire perdre des plumes. Il faut surtout rappeler que la droite morale incarnée par Andrew Scheer n’a pas la côte au Québec même si le charme du lieutenant québécois Alain Rayes peut opérer jusqu’à un certain point.

Le Bloc québécois sous la gouverne de son nouveau chef, Yves-François Blanchet, pourra causer des surprises. Il était décimé à la suite des frasques de Martine Ouellet et aux divisions fratricides. S’il est vrai que l’arrivée du leader Blanchet a pu redonner espoir aux souverainistes, il est aussi vrai que la tragi-comédie lancée cette semaine par la députée de Marie-Victorin, Catherine Fournier, risque d’avoir les mêmes effets délétères que ceux qu’ont pu avoir les effets de la crise du Bloc sur l’élection québécoise et le PQ. Cette fois, dans des rôles inversés, on risque de repartir pour un nouveau tour de manège.

Voilà maintenant que le NPD avec son chef mal-aimé et méconnu, Jagmeet Singh, cherche à affirmer sa place au soleil et à sauver ses sièges au Québec. La décision de nommer comme chef adjoint, le député de Rosemont-La Petite-Patrie, Alexandre Boulerice, a des chances de donner des dividendes au NPD. L’annonce hier de la candidature de la conjointe d’Amir Khadir, Nimâ Machouf, dans l’ancien comté de Gilles Duceppe vient renforcer cette idée d’alliance entre Québec solidaire et le NPD peut être porteuse surtout si l’environnement devient le fer de lance du discours de ce parti au Québec. Si l’on se fie aux résultats des dernières élections québécoises, le NPD n’a pas encore dit son dernier mot. Une histoire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *