Apaiser l’opinion publique

--

Date: 1 avril 2019
Auteur: Daniel Nadeau

Hier, le premier ministre du Québec, François Legault avait convié les Québécoises et les Québécois à un bref entretien de 2 minutes 27 secondes sur la page d’accueil du site du premier ministre du Québec et sur sa page Facebook. Un geste inédit, mais qui indique bien que nous sommes à l’époque des réseaux sociaux. Voici le résumé de la nouvelle parue hier sur le site Web de Radio-Canada :

« J’ai envie de dire “enfin !” ; c’est un débat qui dure depuis plus de 10 ans, il est temps qu’un gouvernement mette en place des règles claires pour tout le monde », a déclaré M. Legault.

« Au cours de sa brève allocution, François Legault a affirmé que “la laïcité [de l’État] ne va pas à l’encontre de la liberté de religion” […], mais qu’“il faut fixer des règles”. Le projet de loi sur la laïcité de l’État a été déposé jeudi à l’Assemblée nationale par le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion du Québec Simon Jolin-Barrette. Il comprend une clause de droits acquis protégeant les employés de l’État portant déjà des signes religieux et une disposition de dérogation pour soustraire la loi à une dizaine d’articles de la Charte canadienne des droits et libertés. Le projet de loi ne se contente pas d’interdire le port de signes religieux aux employés de l’État en position de coercition (juges, policiers, procureurs de l’État) et aux enseignants des écoles primaires et secondaires du réseau public, tel que promis en campagne électorale. Les juges de paix et certains employés de l’État qui travaillent dans le système de justice (greffier, shérif, etc.) sont aussi visés par le projet de loi.

Dans son discours, M. Legault a dit que l’approche de son gouvernement respecte “l’histoire, les valeurs” et la volonté d’“une grande majorité de Québécois”. Le premier ministre considère que le projet de loi de son gouvernement est “modéré, comme le sont les Québécois”. François Legault a rappelé que l’utilisation de la clause dérogatoire, qui doit servir à éviter des contestations judiciaires du nouveau projet de loi, a été utilisée dans le passé par les premiers ministres René Lévesque et Robert Bourassa. »

Le ton de l’intervention de monsieur Legault en était un modéré et d’apaisement. Ton qui tranche avec ce que l’on retrouve sur les réseaux sociaux où les injures et les accusations fusent. Il se trouve même de nos compatriotes arrivés plus récemment qui suggèrent à des francophones de souche blancs de retourner chez eux en France s’ils ne sont pas heureux de vivre avec d’autres religions. Il faudrait baisser le ton. Nous ne sommes pas en guerre civile, mais à discuter d’une loi concernant des querelles de bouts de chiffons.

Le premier ministre François Legault s’est adressé à la population au sujet du projet de loi 21 sur la laïcité de l’État québécois. Une intervention de 2 min 27 s factuelle et déterminée, cette prise de position publique de monsieur Legault était très modérée et avait le mérite d’être claire. Depuis Lucien Bouchard, lors de la crise du verglas, aucun premier ministre ne s’était donné la peine de s’adresser à toutes les Québécoises et tous les Québécois. Excellente initiative. Bravo monsieur Legault !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *