Virage à 180 degrés pour Québec solidaire

--

Date: 2 avril 2019
Auteur: Daniel Nadeau

La réunion du Conseil national de Québec solidaire ce dernier weekend à Trois-Rivières a marqué un virage à 180 degrés de cette jeune formation politique sur la question de la législation sur les signes religieux. En toute honnêteté, ne feignons pas la surprise. Ce virage a été soigneusement préparé par l’intelligentzia du parti depuis plusieurs semaines. Personne n’est donc tombé en bas de sa chaise quand nous avons pris connaissance de la nouvelle position de Québec solidaire en matière de laïcité.

Réunis à l’occasion de leur Conseil national, les membres de Québec solidaire ont estimé à la quasi-unanimité qu’aucune règle particulière ne doit régir le port des signes religieux. Deux visions de la laïcité s’imposeront lors des débats à l’Assemblée nationale. Alors que la CAQ estime qu’un État laïque doit interdire le port des signes religieux chez les employés de l’État, les membres de Québec solidaire pensent plutôt qu’il doit garantir ces libertés et ne pas se mêler des choix confessionnels des citoyens. Ils ont ainsi voté à la quasi-unanimité en faveur de l’option B qui leur était proposée. Celle-ci prônait qu’« aucune règle particulière sur les signes religieux ne devrait s’appliquer. Un autre point a également été approuvé. Il autorise des employés de l’État à travailler le visage couvert sauf si cela nuit à sa tâche, s’il y a des enjeux de sécurité, si l’employé fait du prosélytisme et s’il ne respecte pas son devoir de réserve. »

Ce qui est particulièrement étonnant de la position adoptée par ce parti de gauche c’est d’abord qu’il cautionne les religions. Ce qui est un virage fondamental quant à la pensée de gauche. Karl Marx et Friedrich Engels, étaient de grands pourfendeurs des religions. Ils ont écrit que la religion était l’opium du peuple. La position traditionnelle de toutes les gauches depuis le 19e siècle c’est de présenter les religions comme une forme d’aliénation de la classe ouvrière. Voir aujourd’hui, un parti se réclamant de l’héritage de gauche cautionner les religions c’est pour le moins étonnant.

Par ailleurs, par cette position proche de celle de Justin Trudeau, des libéraux québécois et des adeptes du multiculturalisme, les membres de Québec solidaires sont en rupture avec le Québec politique réel. La population du Québec est largement favorable à la loi 21 du gouvernement Legault. On a beau affirmer que Québec solidaire est un parti de la rue et non des urnes, mais les élections, ça se gagne dans les urnes pas dans la rue. À moins que l’on veuille rompre avec les élections. Cela reste à suivre…

Bref, Québec solidaire vire bout pour bout sur cette question et s’éloigne de l’électorat québécois au nom des valeurs multiculturelles du Canada des Trudeau. Où cela les mènera-t-il ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *