Culpabilité à rebours

--

Date: 4 septembre 2019
Auteur: Daniel Nadeau

Le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, demandait pardon dimanche dernier aux victimes polonaises de l’agression nazie il y a aujourd’hui 80 ans. Pour une seconde fois, dans la même journée, le président allemand Steinmeier a reconnu la responsabilité allemande pour la Seconde Guerre mondiale.

France-Info sur son site Web rapporte les propos du président allemand qui a fait cette déclaration lors d’une cérémonie à Wielun à 4 h 40, heure exacte du bombardement allemand il y a 80 ans, et il l’a réitéré lors d’une cérémonie internationale à Varsovie. De façon percutante, Frank-Walter Steinmeier a d’abord demandé pardon au nom du peuple allemand aux victimes : « Je m’incline devant les victimes de l’attaque de Wielun. Je m’incline devant les victimes polonaises de la tyrannie allemande. Et je demande pardon. »

Puis, il a reconnu la responsabilité de l’Allemagne : « Ce sont les Allemands qui ont commis un crime contre l’humanité en Pologne. Quiconque prétend que c’est fini, que le règne de terreur des national-socialistes sur l’Europe est un événement marginal dans l’histoire allemande se juge lui-même, a souligné le président allemand. Le chef de l’État a semblé faire ainsi référence à l’extrême droite allemande, dont le co-président Alexander Gauland avait estimé que les années du Troisième Reich n’ont été qu’une “fiente d’oiseau” dans un millénaire allemand glorieux. »

Cela apparaît simple comme déclaration, mais c’est faire l’économie de l’énorme débat politique que cela provoque en Allemagne entre les partis de gauche et de droite. Déjà, dans les années 1990, au moment de la réunification des deux Allemagnes, des voix parmi les plus respectées, comme celle de l’éminent penseur de l’Allemagne contemporaine, Jürgen Habermas, s’inquiétaient de la résurgence de l’État-nation. Son biographe Stefán Müller-Doohm rapporte à ce sujet : « Habermas se montre profondément sceptique à l’égard de l’État-nation, compris comme unité ethnique, et à l’égard du nationalisme en tant qu’une ressource pourvoyeuse d’identité. » (Stefan Müller-Doohm, Jürgen Habermas. Une biographie, [Nrf], Paris, Gallimard, 2018, p. 307.)

Il faut rappeler aussi en 1986 la célèbre querelle des historiens autour d’un article d’Ernst Nolte publié dans FAZ intitulé Un passé qui ne veut pas passer. Dans ce texte, Nolte remet en cause la singularité de l’Holocauste et réinterprète le national-socialisme comme un contre-mouvement séculier au bolchévisme et prétend que le meurtre de classe des communistes aurait précédé le meurtre de race des nazis et que les camps d’extermination soviétiques seraient plus originels qu’Auschwitz. (ibid. p. 294) Habermas est intervenu fortement dans ce débat accusant les protagonistes de falsification de l’histoire, de manque de sens politique et surtout de révisionnisme qui minimise les responsabilités de l’Allemagne. Pour ce philosophe, sociologue, il est clair que l’Allemagne doit reconnaître sa responsabilité. Il en va, selon lui, de la santé démocratique du pays. Lisons encore son biographe déjà cité : « Habermas met l’accent sur la responsabilité des Allemands pour les crimes du national-socialisme. Cette responsabilité impose à ses yeux d’entretenir le souvenir de ceux qui ont été assassinés par les Allemands. “Ces morts-là, écrit-il, peuvent doublement revendiquer la force d’une solidarité — si faible que soit sa résistance à l’oubli — dont les enfants ne peuvent user qu’au moyen d’une mémoire sans cesse ravivée, souvent désespérée, en tous cas obsédante”. Pour Habermas, la reconnaissance des crimes du national-socialisme envers les victimes et le monde est l’une des plus grandes conquêtes politiques de l’Allemagne contemporaine. »

Les propos tenus ce dernier dimanche par le président allemand Frank-Walter Steinmeier s’inscrivent dans la foulée de la pensée habermassienne et les allusions de ce dernier au refus des groupes d’extrême droite de reconnaître ces faits s’inscrivent dans un débat politique commencé dans les années 1980. Se souvenir est toujours utile pour comprendre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *