Les pirouettes du ministre Jolin-Barette

--

Date: 31 octobre 2019
Auteur: Daniel Nadeau

Lors de la dernière campagne électorale au Québec, la question de l’immigration a été instrumentalisée. La Coalition avenir Québec (la CAQ) tout particulièrement a eu un discours racoleur afin de s’attirer le vote que l’on dit nationaliste. Le chef de la CAQ, François Legault a cherché à gagner le vote d’une partie de la population des régions qui avait le sentiment d’être envahie par les immigrants tout particulièrement par les personnes de confession musulmane. Rappelons-nous le slogan d’alors : « En prendre moins, mais mieux ».

Accueillir moins d’immigrants pour en prendre soin et mieux choisir les immigrants afin de les diriger en région. Des gestes ont été posés en ce sens notamment en faisant un grand plat de relations publiques avec le nouveau système ARRIMA qui était dans les cartons de l’ex-gouvernement libéral, mais en laissant de côté de nombreux dossiers. Cela a fait l’objet d’une controverse publique.

Par ailleurs, il avait promis de baisser les seuils d’immigration. Le gouvernement Legault l’a fait, mais au détriment des besoins de main-d’œuvre de nos entreprises. Il avait promis d’imposer un test de valeur et un test de français et même menacé d’expulser les gens qui ne réussiraient pas ces tests. Hier, le ministre Jolin-Barette a accouché d’une souris. Du bout des lèvres, il peut dire qu’il respecte les engagements pris par la CAQ lors des dernières élections. Le problème c’est que le programme de la CAQ en matière d’immigration était mauvais et qu’il était populiste. On peut se réjouir aujourd’hui que le gouvernement inscrive ses actions dans les sillons des précédents gouvernements et qu’il se rende bien compte aujourd’hui que le Québec est et a toujours été une société d’accueil.

Le problème c’est que l’immigration est un enjeu majeur pour l’avenir du Québec dans la fédération canadienne. Si l’on veut maintenir notre poids dans la fédération, nous devons accueillir plus d’immigrants et nous devons réussir à les intégrer à la société québécoise francophone qui, il faut le rappeler encore, est une société distincte unique sur le continent nord-américain. Ce n’est pas avec des discours populistes que nous réussirons à relever ce défi, mais avec une attitude d’ouverture et de générosité envers tous ces gens qui viennent se joindre à nous pour enrichir notre société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *