Les cadeaux d’un gouvernement au terme d’une mauvaise semaine

--

Date: 8 novembre 2019
Auteur: Daniel Nadeau

Parfois, le hasard fait bien les choses pour soigner son image auprès de l’opinion publique. C’est le cas de la dernière semaine du gouvernement Legault. Depuis son arrivée au pouvoir, il y a un peu plus d’un an, jamais le gouvernement Legault n’aura connu une aussi mauvaise semaine. Il semble bien que la lune de miel tire à sa fin. Si cela n’est pas encore clair avec la population, c’est plutôt limpide avec la presse parlementaire et les chroniqueurs.

Au cours de la dernière semaine, les intervenants à la Commission parlementaire qui étudie le projet de Loi 40 sur l’abolition des commissions scolaires ont clairement fait la démonstration que ce projet de réforme est improvisé, que la structure proposée est bancale et que le gouvernement s’est lancé dans un brassage de structure aussi inutile que coûteux au nom de son parti pris idéologique et partisan contre les commissions scolaires. Si nous avions besoin d’être convaincus du désarroi du ministre malgré sa contenance affichée, nous, les techniques dilatoires de diversion sur les fuites sur de vieux rapports sur la commission scolaire English Montreal et la demande d’une enquête de l’UPAC par le ministre en témoignent éloquemment. Cela se poursuivra la semaine prochaine. À suivre.

Dans le dossier de l’immigration, la performance du ministre a été pitoyable. Son insensibilité et son inhumanité devant des étudiantes et des étudiants en pleurs dans les galeries de l’Assemblée nationale resteront à jamais gravées dans les mémoires des Québécois. Le premier ministre Legault qui a soutenu son jeune ministre dans cette déplorable mise en scène de fermeté nous avait habitués à mieux. Pas étonnant que le gouvernement ait reculé sur cet enjeu. Je prédis qu’il reculera encore sur d’autres aspects du dossier de l’immigration. La politique de la CAQ en cette matière poursuit de bons objectifs, mais semble incapable de les faire atterrir en douceur dans la complexité du réel.

Heureusement que le ministre des Finances avait de bonnes nouvelles à nous annoncer. L’économie du Québec roule à plein régime. Nous surpassons depuis trois ans la performance canadienne. Ce qui est du jamais vu dans l’histoire et les surplus budgétaires s’accumulent. Le gouvernement Legault a pu ainsi devancer le rythme de ses engagements envers les familles québécoises. On n’en boudera pas notre plaisir et on peut se réjouir de cette aide accrue aux familles de la classe moyenne. Il reste cependant que la vision portée par ces mesures universelles favorise en fin de compte les plus riches de la classe moyenne que les moins nantis. Les programmes universels tant populaires auprès de la population sont souvent injustes envers les moins fortunés. Cela le gouvernement n’en parle pas. On doit lui donner raison à cet effet puisqu’il n’y a pas d’écoute et la pauvreté de la littératie économique de la population rend improductive toute discussion sur ce sujet vaut mieux ne pas en parler puisqu’il n’y a pas d’écoute de la population.

Bref, une mauvaise semaine pour le gouvernement Legault qui en plus a trouvé le moyen de perdre un vote de routine à l’Assemblée nationale par une mauvaise planification. Le gouvernement Legault peut se consoler du fait que la députée de Taschereau de Québec solidaire Catherine Dorion a elle aussi connu une fort mauvaise semaine. Heureusement que la performance étincelante de la députée de Sherbrooke, Christine Labrie, de Québec solidaire à la Commission parlementaire sur l’abolition des commissions scolaires est venu nous rappeler la pertinence de cette formation politique dans l’univers québécois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *