Mon pays ce n’est pas un pays c’est l’hiver…

--

Date: 20 novembre 2019
Auteur: Daniel Nadeau

Un article dans un journal nous informait dernièrement que nous allions connaître un long hiver froid et que selon les prévisions le printemps serait tardif. De quoi réjouir les amateurs de sport d’hiver et les propriétaires de station de ski. On sait qu’elles sont nombreuses dans les Cantons de l’Est. Faut-il se fier à ces modèles prévisionnels de la météo ?

Nous ne savons quoi répondre à une telle question. Il est clair qu’aujourd’hui les outils utilisés pour prédire la météo sont plus sophistiqués qu’au temps de nos grands-pères où on se fiait au vol des hirondelles ou encore au comportement de la marmotte pour prédire le temps qu’il fera ou si le printemps arrivera ou non. Pourtant, la science de la météorologue c’est du sérieux. Gilles Brien, un météorologue a publié en 2015 aux Éditions Québec-Livres un intéressant essai intitulé : Les baromètres humains. Comment la météo nous influence. Voici son constat : « Les relations entre la météo, la santé, les comportements et les humeurs sont réelles. Elles ont été expérimentées, mesurées, reproduites. Elles sont même connues depuis l’Antiquité. Partout dans le monde, tout un front de recherche s’est ouvert ces dernières années afin de savoir dans quelle mesure la température, l’humidité, les vents et la pression barométrique influencent notre santé, notre bien-être intérieur et nos comportements de tous les jours. Les retombées de ce type de recherche sont évidentes… Partout où le facteur météo affecte la santé humaine et la bonne marche des affaires. » (Gilles Brien, Les baromètres humains. Comment la météo nous influence., Montréal, Éditions Québec-Livres, 2015, 256 p., p. 11)

Une chose est certaine désormais, c’est que nous savons que la météo et ses modèles prévisionnels peuvent affecter nos comportements. Ce qui devrait être un facteur encore plus présent dans l’avenir si l’on en croit les modèles prévisionnels des scientifiques sur les changements climatiques pour le Québec.

Bref, la météo à savoir le temps qu’il fait ou qu’il fera est une caractéristique assez largement partagée dans le monde. De grands personnages historiques comme Léonard Da Vinci, Voltaire, Shakespeare, Napoléon, Mozart et Victor Hugo étaient tous très sensibles à la météo. La météo demeure un sujet passionnant et une source intarissable de discussions légères avec le premier inconnu venu. Qui plus est, c’est un lieu commun à toutes et à tous, nous pouvons donner notre opinion sans crainte de nous faire juger.

Si l’on en croit la thèse de Gilles Brien, la météo peut influencer nos humeurs. Espérons que les prédictions d’un long hiver froid ne nous feront pas perdre le sourire et que nous rappellerons tous qu’après l’hiver, il y aura l’été. D’ailleurs, Vigneault ne chante-t-il pas Mon pays ce n’est pas un pays c’est l’hiver. On peut dire que note poète national nous a chanté une grande vérité quand il a poussé ce couplet…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *