Desjardins et l’avenir coopératif

--

Date: 28 novembre 2019
Auteur: Daniel Nadeau

Claude Béland vient de rendre l’âme. Ce fut un authentique banquier social-démocrate et un citoyen impliqué dans tous les combats démocratiques du Québec. Un digne successeur en son temps d’Alfred Rouleau. Claude Béland a peut-être rendu l’âme, mais jamais il ne l’a perdue comme cela semble le cas du Mouvement Desjardins où il s’est illustré.

Non seulement Desjardins, par son manque de rigueur interne a rendu possible le vol d’identité de ses membres par l’un de ses employés, mais ce mouvement jadis la fierté des Québécois se gouverne comme une vulgaire entreprise privée dans le monde financier. Pour des raisons d’économie, le Mouvement Desjardins n’hésite pas à fermer ses guichets bancaires dans les villages du Québec contribuant ainsi à la dévitalisation du territoire québécois.

Comme si cela n’était pas suffisant, le Mouvement Desjardins semble aujourd’hui se vautrer dans les conflits d’intérêts de ses dirigeants. L’affaire du financement de Groupe Capital Médias où une dirigeante de Québecor occupe la présidence du Fonds qui servirait à financer l’initiative des cadres et des employés des quotidiens menacés de fermeture a de quoi scandaliser quiconque s’intéresse à l’avenir de l’information régionale au Québec. Si le navire amiral du mouvement coopératif québécois ne trouve pas d’intérêt à financer une initiative de sauvetage de nos quotidiens régionaux par la formule coopérative, qui le fera ?

On peut comprendre qu’investir les fonds que les Québécoises et les Québécois lui confient exige de la rigueur et de la vision. Néanmoins, dans le cas qui est devant nous, il y a plus que les enjeux financiers, il y a l’avenir même de la démocratie locale et régionale au Québec. Qu’une décision aussi importante par le leader du mouvement coopératif au Québec soit entachée par la proximité de l’une des dirigeantes du fonds avec le groupe Québecor laisse un goût amer. On a la désagréable impression que Pierre Karl Péladeau utilise tous les tentacules de son immense pouvoir financier pour contrecarrer la décision politique du gouvernement du Québec de choisir de faire confiance aux employés et aux cadres des quotidiens régionaux dans le contexte de coopératives de travailleurs et du milieu. Cela est inacceptable.

Si le Mouvement Desjardins refuse de jouer son rôle de navire amiral du mouvement coopératif, le gouvernement du Québec doit prendre tous les moyens pour le contourner et faire advenir l’orientation qu’il a prise dans ce dossier à la faveur de la formule coopérative. Nous les Québécois avons la chance de disposer d’un outil financier puissant, plus puissant encore que le pouvoir tentaculaire de Québecor, notre Caisse de dépôt et placement du Québec. Devant l’impasse qui semble se dessiner dans le dossier du sauvetage, la Caisse ne devra pas hésiter à intervenir et à démontrer que ce n’est pas Pierre Karl Péladeau et ses ambassadeurs qui dirigent le Québec, mais bel et bien ses représentants élus par le peuple. Quant à lui, le Mouvement Desjardins vivra avec les conséquences de ses décisions. Le bœuf est lent, mais la terre est patiente…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *