Cowboys 0 – Trudeau 1

--

Date: 2 mars 2020
Auteur: Daniel Nadeau

Dans les 25 derniers jours, le blocus des voies ferroviaires au pays a suscité beaucoup de commentaires. Dans ce chassé-croisé d’opinions, celle qui mettait au premier plan la faiblesse du leadership de Justin Trudeau était la plus unanimement partagée. Combien de ces commentateurs qui ont pointé du doigt, comme l’ont fait les partis d’opposition, le rôle joué par Justin Trudeau dans cette crise aurait pu penser que nous assisterions après 25 jours de crise à un accord de principe avec les chefs héréditaires Wet’suwet’en ?

Certes, les Mohawks de Kawanake maintiennent toujours leur barricade qui empêche le train des banlieusards de navetter vers Montréal et certains trains de marchandises du Canadien Pacifique de livrer les marchandises. On peut cependant penser que cette crise est sur le point de se résorber même si les causes qui en sont à l’origine prendront de nombreuses années à traiter. Le Canada se doit d’avoir une conversation nationale sur le sort que nous avons réservé et que nous réservons toujours aux Amérindiens. Au-delà de la culpabilité, il serait temps que nous reconnaissions une vérité élémentaire : la richesse de l’Occident libéral a été rendue possible par le pillage des ressources humaines de l’Afrique et des territoires autochtones d’Amérique. Aujourd’hui, une véritable reconnaissance de cet état de fait nécessite que nous en discutions sérieusement d’égal à égal, de nation à nation.

Le second gouvernement de Justin Trudeau n’est pas une promenade dans un jardin de roses au printemps. De nombreuses fractures encombrent le développement de ce pays. Il y a bien sûr celle avec les nations amérindiennes. Celle que l’on oublie trop souvent à l’égard de la nation québécoise et la nation acadienne et celle entre un pays producteur de pétrole en regard de la volonté de plusieurs de faire de ce pays un modèle de lutte aux changements climatiques.

Justin Trudeau et son gouvernement ne semblent toujours pas avoir pris la pleine mesure de ces défis pour l’avenir du Canada. Une crise comme celle que nous vivons présentement est susceptible de provoquer une prise de conscience salutaire pour l’avenir du Canada. Serons-nous capables d’en saisir la pleine mesure ?

Chose certaine, l’entente de principe intervenue hier signifie la défaite des Cowboys qui souhaitaient une intervention musclée. Sur cette question précise, le leadership patient de Justin Trudeau aurait eu raison de ces va-t-en-guerre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *